Trois “call center” de la drogue démantelés à Paris, en Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis

© Kazuhiro Nogi / AFP
© Kazuhiro Nogi / AFP

La police judiciaire a démantelé trois "call center" (centres d'appel) de la drogue à Paris, dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis. 19 personnes ont été interpellées

Par Christian Meyze

Les trois affaires n'ont pas de lien entre elles. Néanmoins, elles procédaient de la même manière.

Car le marché de la drogue est désormais de plus en plus ressemblant à celui de la distribution de n'importe quel produit de consommation courante. Depuis quelques année en effet, on peut passer commande à distance, par téléphone, de n'importe quel type de drogue. les dealers viennent vous livrer à domicile, comme le font désormais toutes les enseignes de la distribution. Le tout évidemment dans les plus brefs délais.


Commandée et livrée comme une pizza

En d'autres termes, vous pouvez commander votre pizza, vos sushis et désormais vous pouvez aussi commander votre cannabis ou cocaïne, sans bouger de chez vous. Et il y a même des opérations de "promotions" et des récompenses de votre fidélité !

Les trois centre d'appels démantelés mardi dernier 26 juin, fonctionnaient sur ce principe du supermarché en ligne au téléphone, avec livraison.

Ainsi, dans le 11ème arrondissement de Paris, quatre personnes, âgées de 20 à 33 ans ont été interpellées et déférées devant un juge d'instruction.

Le même jour, le 2e DPJ (Direction de police judiciaire) interpellait quatre autres personnes, de 20 à 49 ans, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Elles ont également été déférées.

La police judiciaire du Val-de-Marne a, quant a elle interpellé onze personnes de 15 à 22 ans à Gentilly dont 9 ont été déférées.


25 centres d'appels fermés en 2015

Au total, sur ces trois affaires, la police a saisie 580g de cocaïne, 700g de résine de cannabis, 1,2 kg d'herbe de cannabis, 180g de MDMA, 30.000 euros, trois armes de poing et un fusil à pompe.
En 2017, les services départementaux de police judiciaire ont démantelé 25 de ces "call center" de la drogue. "Ce sont des enquêtes compliquées, qui demandent deux à six mois d'enquête", confie un policier.
 

Sur le même sujet

Les + Lus