Attentat déjoué de Villejuif: découverte d'une puce téléphonique dans la cellule de Ghlam

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 paris avec AFP

L'information est révélée ce samedi 30 avril par le quotidien Le Figaro : une puce téléphonique a été découverte dans la cellule de Sid Ahmed Ghlam, suspecté d'être le meurtrier d'Aurélie Châtelain et d'avoir tenté de commetre un attentat contre une église de Villejuif en avril 2015.

Une puce téléphonique a été découverte dans la cellule à Fresnes de l'apprenti djihadiste Sid Ahmed Ghlam, meurtrier présumé d'Aurélie Châtelain, arrêté en avril 2015 alors qu'il était sur le point de commettre un attentat contre une église à Villejuif, révèle le Figaro.



Selon le quotidien, l'étudiant de 24 ans, "alors même qu'il était placé à l'isolement à la prison de Fresnes (...) aurait ainsi échangé des milliers de conversations grâce à un téléphone portable". Ces appels se seraient interrompus le jour des attentats du 13 novembre, poursuit le Figaro.



Lors d'une première inspection de la cellule de Sid Ahmed Ghlam, les services pénitentiaires ont mis la main sur "une puce contenant des centaines d'informations (...) ainsi que des documents de papier retraçant des organigrammes et les pedigrees d'individus partis pour la Syrie, ainsi que plusieurs noms impliqués dans les attentats du 13 novembre". Une deuxième fouille avait mis au jour "une autre puce, neuve cette fois".



Une enquête préliminaire a été ouverte au parquet de Créteil "qui porte sur des faits de détention d'une puce téléphonique. L'existence de cette enquête n'a pas à être mise en lien avec les attentats du 13 novembre", a déclaré à l'AFP Me Matthieu de Vallois, l'avocat de Sid Ahmed Ghlam. "Rien ne permet d'affirmer que notre client aurait pu régulièrement échanger par téléphone dans sa cellule, alors qu'il faisait l'objet d'une surveillance accrue de la part de l'administration pénitentiaire", a toutefois précisé le conseil.



Selon une source proche du dossier, le détenu a été transféré de Fresnes à Beauvais fin mars, "peut-être pour l'éloigner des complicités dont il aurait pu bénéficier a Fresnes". Ces éléments sur la puce n'ont pas été versés au dossier d'instruction Ghlam, selon cette même source.



"Cela prouve qu'il n'était pas qu'un simple exécutant de Daech fraîchement recruté, mais certainement un de ses cadres", a commenté Me Antoine Casubolo Ferro, l'avocat de la famille Châtelain, pointant du doigt la "détermination de [Sid Ahmed Ghlam] à commettre le pire, ce qu'Aurélie a réussi à empêcher au prix de sa vie".



Le 19 avril 2015, Sid Ahmed Ghlam appelle le Samu après s'être tiré une balle dans la jambe. Dans sa voiture et sa chambre, les policiers découvrent quatre kalachnikovs, deux armes de poing, des gilets pare-balles. L'analyse de son matériel informatique montre que l'étudiant algérien, signalé pour ses velléités de départ en Syrie, projetait d'attaquer une église à Villejuif (Val-de-Marne), trois mois après les attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Cacher. Le plan a capoté mais il a fait une victime collatérale: Aurélie Châtelain, 32 ans, retrouvée morte, tuée par balle dans son véhicule.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité