Le directeur du théâtre des Quartiers d'Ivry démissionne sur fond d'affaire de viol présumé

La manufacture des Oeillets à Ivry-sur-Seine héberge le Théâtre des Quartiers d'Ivry / © PHOTOPQR/LE PARISIEN
La manufacture des Oeillets à Ivry-sur-Seine héberge le Théâtre des Quartiers d'Ivry / © PHOTOPQR/LE PARISIEN

Le directeur du Théâtre des Quartiers d'Ivry Jean-Pierre Baro, éclaboussé depuis an par une affaire de viol présumé quitte ses fonctions, au lendemain d'une grève du personnel. 
 

Par EH/AFP

Suite au mouvement de grève du personnel du théâtre, le directeur Jean-Pierre Baro annonce qu'il quitte ses fonctions. 

Je suis au clair avec ma conscience. Je ne renonce à la direction du Théâtre des Quartiers d'Ivry que pour préserver cette magnifique institution mais je ne laisserai ni salir mon honneur ni fouler au pied ma présomption d'innocence,

 a affirmé le directeur qui a été visé par une plainte en 2018 avant qu'elle ne soit classée sans suite.


Hier soir mercredi le Théâtre des Quartiers d'Ivry a fermé ses portes. Le personnel était en grève. Il réclamait la démission du directeur accusé de viol depuis un an. L'affaire a été classée sans suite en mars 2019 mais de nouveaux témoignages révélés par Médiapart ont relancé l'affaire. 
Le malaise est lié à la présence de Jean-Pierre Baro, nommé à la tête du théâtre en juin 2018. Ce dernier est visé par une plainte pour viol déposée en 2018 par une jeune femme qui travaillait dans un bureau de production. Les faits se seraient déroulés en septembre 2011, des années avant qu'il ne prenne la direction du théâtre. La plainte a été classée sans suite en mars 2019, faute de preuve. Mais la situation ne s'est pas assainie.

Une centaine de personnes se sont rassemblées hier mercredi soir au Théâtre des Quartiers à Ivry-sur-Seine pour appeler à la démission de Jean-Pierre Baro. Il n''y a pas eu de représentation. 

Deux nouveaux témoignages révélés par Mediapart

Dans un blog hébergé par le site Mediapart, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat a relancé l'affaire en détaillant les allégations de la jeune femme, qui dit avoir été violée dans son appartement. Le journaliste cite également le témoignage de deux jeunes comédiennes qui disent avoir été harcelées sexuellement par Jean-Pierre Baro.
 


Dans un communiqué transmis jeudi à l'AFP, le directeur a affirmé qu'il "démentait formellement toutes les accusations portées contre lui, qui sont véhiculées par une campagne diffamatoire d'une exceptionnelle violence". Assurant avoir "le plus grand respect pour la libération de la parole des femmes", il précise qu'il "ne peut laisser fouler au pied la présomption d'innocence à laquelle il a droit comme tout citoyen".

"Le public déserte nos salles"

L'équipe du Théâtre s'inquiète et affirme être à bout. Selon eux, de nombreux artistes refusent de jouer dans ce théâtre ou d'avoir affaire à sa direction. Le taux de remplissage de la salle est en baisse et les réservations scolaires sont en chute.
 "S'il est attaché au théâtre, Jean-Pierre Baro doit démissionner", affirme à l'AFP un représentant du personnel ayant requis l'anonymat.
Dans un communiqué les salariés appellent les pouvoirs de tutelle à réagir, car il y va de la "survie" de l'établissement.
 

Contacté par l'AFP jeudi, le ministère de la Culture a indiqué avoir "proposé à Jean-Pierre Baro de travailler sur deux axes: comment remettre son théâtre en marche et comment tient-il compte de la souffrance de l'équipe?"

Ce soir, jeudi 12 décembre, les représentations auront bien lieu.
    
   
 

Sur le même sujet

Les + Lus