Automobile : les salariés de Stellantis de Vélizy-Villacoublay s'inquiètent du regroupement des équipes en Île-de-France

Mardi, les salariés du site historique de PSA de Vélizy se sont mobilisés contre le projet de déménagement vers le futur Campus vert de Poissy. 2 500 personnes, seraient contraintes de quitter Vélizy-Villacoublay, d'ici 2004.

Combien d'heures de transport leur faudra-t-il bientôt pour aller travailler? Mardi, des salariés du site de Vélizy-Villacoublay dans les Yvelines du géant automobile Stellantis se sont mobilisés pour faire part de leurs préoccupations liées au projet de regroupement des équipes en Île-de-France.

A l'appel d'une intersyndicale, ils étaient "entre 1.300 et 1.500" à s'être rassemblés sur les deux heures de la pause déjeuner devant la cafétéria du site et à avoir "bloqué l'avenue principale" du site, selon Hervé Hottois, élu CFDT du site PSA Vélizy. La direction de Stellantis évoque, quant à elle, la mobilisation effective de 250 personnes, d'autres employés ayant fréquenté la cafétéria pour déjeuner.

Le site de Vélizy, qui accueille actuellement plus de 4.000 employés du groupe, devrait voir plus de 2.500 personnes transférées d'ici à 2024 sur un "green campus" construit à Poissy, selon la direction. Le site de Vélizy perdurera, mais sous la forme d'un "Creative Center", plus petit.

Ce projet de regroupement, nommé "ALTO" concerne les équipes de recherche, de développement, du tertiaire et des moyens d'essai. Ces dernières seront déplacées à Poissy, ce qui inquiète les syndicats, qui craignent à terme des pertes d'emplois. "Nos grosses craintes c'est que dans ce déménagement, tout le monde ne suive pas", explique Hervé Hottois. "Les heures de transport vont doubler voire tripler", prévient-il.

Et cela pourrait mener à une "externalisation dans les pays low cost", pointe-t-il, citant le centre "Morocco Technical Center" du groupe PSA au Maroc.

Des menaces que réfute la direction, qui assure que le projet de regroupement "ne comporte pas de suppression de poste" et qui se dit à l'écoute des problématiques soulevées par le changement de site. Bruno Bertin, directeur des ressources humaines pour Stellantis France était ainsi présent sur le site de Vélizy dans la journée pour "rassurer" les salariés.

Les syndicats attendent à présent des garanties de la direction ainsi que les résultats d'une étude commandée par l'intersyndicale au cabinet Secafi visant à évaluer les conséquences du déménagement et à lister des mesures d'accompagnement adéquates.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie industrie emploi