Des pompiers poursuivent leurs assaillants après avoir été caillassés

Des pompiers ont été victimes d'un guet-apens au Val-Fourré à Mantes-La-Jolie dans les Yvelines ce vendredi 12 janvier. Sur des images publiées sur les réseaux sociaux, on peut voir certains pompiers poursuivre les agresseurs. Un responsable syndical évoque une "réaction instinctive".

Appelés pour un feu dans un appartement, les hommes du feu seraient tombés dans un guet-apens bien préparé. Lorsque les deux camions de pompiers (un venant de Limay, l'autre de Magnanville) arrivent sur place, au Val-Fourré, ce vendredi 12 janvier en début de soirée, aucune trace du feu pour lequel ils ont été appelés. À la place, un véhicule et des poubelles en feu ainsi que des personnes qui les attendent, briques en main.

"On voit des collègues faire fuir des belligérants, cagoulés, armés, gantés, qui s'apprêtaient à jeter des pierres et agresser nos collègues qui ne les voyaient pas et étaient de dos", indique Grégory Chaillou, secrétaire départemental UNSA-SDIS 78.

La situation, ensuite, est plus confuse. Selon des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on peut les voir poursuivre des assaillants dans le quartier. Selon un responsable syndical des pompiers, la version est différente. Des assaillants auraient tenté de pénétrer dans les camions et les pompiers auraient cherché à les éloigner pour protéger leurs collègues en intervention.

"Il n'y avait pas de notion d'interpellation, on n'est pas là pour se substituer aux forces de l'ordre. C'était une réaction qui était instinctive et qui servait à sécuriser rapidement l'intervention. Une fois qu'ils les ont mis en fuite, ils sont revenus et sont partis. Et la police est arrivée et a aidé à sécuriser l'intervention", poursuit Grégory Chaillou.

"Très mauvaise image"

Selon le maire (DVD) de Mantes-la-Jolie, Raphaël Cognet, le calme serait rapidement revenu. Des médiateurs ont été dépêchés le lendemain ainsi que la CRS 8 sans qu'aucun incident ne se produise.

"99,9% des habitants du Val-Fourré aiment les pompiers et les soutiennent en toute occasion. Quand on a des événements comme ça, ça donne évidemment une très mauvaise image de notre ville", indique l'édile.

Cependant, selon Grégory Chailloi, secrétaire départemental UNSA-SDIS 78, le quartier serait "difficile" et les pompiers régulièrement victimes d'intimidations dans un contexte de hausse générale des violences contre les pompiers.

Agressions physiques en augmentation

Un rapport de l'observatoire national des violences envers les sapeurs-pompiers paru en 2021 note une baisse de 14 % des actes de violences à leur encontre, mais précise que "les agressions physiques augmentent" (les agressions verbales baissent).

"Malheureusement on a une réponse où on commence à avoir des caméras piétons pour filmer les interventions. On est en train de se doter de gilets pare-lame pour se protéger. Bientôt on verra arriver des caméras embarquées dans les véhicules pour avoir une réponse uniquement juridique à ces agressions", déplore Grégory Chaillou, secrétaire départemental UNSA-SDIS 78.

Selon ce rapport, 3 742 pompiers ont été victimes de faits de violences (allant de l'insulte à l'agression grave). L'Essonne, le Val-d'Oise et Paris sont dans le classement des 5 départements où les agressions contre les pompiers ont été les plus nombreuses.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité