RER A et ligne L : des passagers évacués après plus de trois heures d’attente dans leur train

Environ 200 passagers du RER A et de la ligne L du Transilien ont été bloqués pendant plus trois heures, vendredi soir, suite à une "rupture d’alimentation électrique" à Maisons-Laffitte. "On a fait le maximum pour les évacuer le plus vite possible, en toute sécurité", explique la SNCF.
Des passagers du RER A et de la ligne L du Transilien ont été bloqués pendant plusieurs heures (illustration).
Des passagers du RER A et de la ligne L du Transilien ont été bloqués pendant plusieurs heures (illustration). © IP3 PRESS/MAXPPP
L’attente a dû sembler interminable. Environ 200 usagers du RER A et de la ligne L du Transilien ont dû patienter plusieurs heures avant de pouvoir rentrer chez eux, vendredi soir.

L’incident a commencé à 20h30, explique la SNCF à France 3 Paris IDF : "Il y a eu une rupture d’alimentation électrique au niveau de Maisons-Laffitte, dans les Yvelines. On a dû couper le courant, qui alimentait les caténaires, c’est-à-dire les câbles qui alimentent les trains." S’en suit alors une interruption du trafic. "Tous les trains étaient à quai, sauf deux, raconte la SNCF. A bord de ces deux trains, les passagers ont dû rester en attente de pouvoir repartir".

La circulation des trains est ainsi restée interrompue jusqu’à la fin de service, vers minuit, avec des bus de remplacement.

"On a fait le maximum pour les évacuer le plus vite possible, en toute sécurité"

Pour les passagers bloqués dans les deux trains, qui transportaient chacun une centaine d’usagers selon la SNCF, l’attente a ainsi duré plus de trois heures. "On a pu évacuer les trains vers Houilles, vers minuit, et les passagers ont pu sortir et rentrer chez eux en sécurité, explique l’entreprise. Il y avait entre trois et quatre bus pour chaque train." Le trajet restera "à ranger dans l'armoire souvenirs, rayon chaos transport", raconte un passager du RER A sur Twitter. "Quand on réalise la quantité de week-ends, de soirées de travaux subies depuis 10 ans, ça paraît dingue qu'il y ait tant de problèmes dans ce secteur de Houilles à Achères", pointe aussi du doigt l’association Plus de trains.

"On a fait le maximum pour les évacuer le plus vite possible, en toute sécurité", défend de son côté la SNCF, qui rappelle avoir réagi face à un "gros problème d’alimentation électrique".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rer économie transports transports en commun sncf