Procès Tony Meilhon à Nantes : la Cour face aux photos du corps supplicié de Laëtitia

Tony Meilhon dans le box des accusés / © Antoine Boilevin - France 3 Pays de la Loire
Tony Meilhon dans le box des accusés / © Antoine Boilevin - France 3 Pays de la Loire

Au sixième jour du procès de Tony Meilhon, le président de la Cour a montré au jury, sur sa demande, près de 80 clichés du corps démembré de Laëtitia Perrais.

Par Fabienne Béranger

Après avoir fait éteindre les écrans de retransmission pour que le public ne puisse pas voir les photos, Dominique Pannetier, le président de la Cour, fait circuler les clichés. Il a également pris soin auparavant de faire évacuer le public susceptible de pouvoir les voir : "elles sont terribles" ...

Les photos des parties du corps, de la tête et des membres d'une part, du tronc, d'autre part, et de leurs lieux de découverte début 2011, deux étangs distants d'une quarantaine de kilomètres dans la région de Nantes, sont montrées ce mercredi matin, à la demande des jurés.

Les experts et journalistes peuvent visionner ces clichés avec les parties civiles, les jurés et l'accusé.
Tony Meilhon regarde par terre durant le visionnage… à la photo n° 30 il se frotte l'œil droit sans raison apparente...

Interrogé de nouveau, Tony Meilhon maintient sa version des faits : un homicide involontaire, qu'il aurait voulu déguiser en enlèvement suivi de meurtre, tuant sa victime évanouie car, selon lui, il la croyait morte.

Le président : "Mr Meilhon nous avons vu toutes ces photos épouvantables"
Tony Meilhon :"Oui je regrette…"
"Vous, votre version c'est, qu'après l'accident, vous avez mis le corps de Laëtitia dans le coffre de la voiture…"
"Oui"
"Mais c'est en contradiction avec toutes les expertises…"
"Si elle avait été en vie, il y aurait pas eu tout ce qui s'est passé en suite…"
"Pourquoi avoir voulu l'étrangler et lui porter des coups de coups de couteau…"
"Dans ma folie je sais pas, il fallait que que je fasse croire…"
alors que de nouveaux enquêteurs mercredi matin ont montré la modération du choc entre sa voiture et le scooter de la victime, loin d'une vraie "collision".

Tony Meilhon a aussi maintenu qu'il n'était l'auteur ni du démembrement, ni de la dissimulation du tronc, commis selon lui par son complice, "M. X".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus