Xavier Dupont de Ligonnès : "il n'y a plus de piste, mais ce n'est pas une raison de fermer le dossier"

Pour les trois ans d'enquête autour de la disparition du principal suspect des meurtres du 55 boulevard Schuman, Brigitte Lamy, la procureure  parle à Ouest France et le répète dans cette affaire "tout est possible".

3 ans

Le 21 avril 2011, les enquêteurs retrouvaient les corps des 4 enfants, des chiens et de Mme de Ligonnès sous la terrasse du jardin de la maison familiale. Xavier Dupont de Ligonnès a été vu pour la dernière fois le 15 avril 2011 dans un hôtel de Roquebrune-sur-Argens dans le Var.

Attention au délai de prescription

La procureure Brigitte Lamy travaille chaque jour pour ne pas refermer le dossier. Pas question de faire courire le délai de prescription dans une pareille affaire. À Ouest France, elle confie,

Un dossier hors-normes ne se referme pas comme ça. Ce n'est pas d'actualité. On prendrait le risque de commencer à faire courir le délai de prescription. Il est de dix ans en matière criminelle.





Pourtant, Brigitte Lamy, l'admet il ne s'est rien passé depuis un an et les vaines recherches dans le massif des Maures dans le Haut-Var le printemps dernier. Aucune fouille n'est programmée et les témoignages (plus de 1000) n'ont rien donné. 

C'est pourtant un homme un peu "M.Toutlemonde" qu'on peut facilement avoir l'impression de croiser


Précise-t-elle.

La procureure conclut d'un "tout est possible. Moi ? Je ne sais pas".


L'intime conviction de la procureure à Envoyé Spécial

En octobre 2013, Brigitte Lamy devant les caméras de France 2 et les questions d'Anne-Sophie Martin faisait part de son intime conviction. Pour elle, Xavier Dupont de Ligonnès aurait préféré "tout détruire" plutôt que d'assumer l'échec de sa vie professionnelle et privée.

##fr3r_https_disabled##



 

Le film des derniers jours

Sa trace se perd le 15 avril  2011 à Roquebrune sur Argens, près de Fréjus dans le Var. Après avoir passé une nuit à l'hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens, Xavier Dupont de Ligonnès quitte sa chambre, à pied, abandonnant son véhicule, une C5 bleu métallisée, sur le parking de l'hôtel. D'avril 2011 jusqu'en mai 2013, les fouilles se sont poursuivies dans le Var, sans aucun résultat.