Cet article date de plus de 7 ans

Angers : Gilles Bourdouleix présent à l'audience pour l'appel de sa condamnation pour apologie de crime contre l'humanité

Le député maire de Cholet était présent à l'audience cette fois devant la Cour d'Appel, suite à sa condamnation pour apologie de crime contre l'humanité dans l'affaire dite "des tsiganes et d'Hitler".
Gilles Bourdouleix est arrivé au Palais de justice vers 15h00 accompagné de son avocat Michel Roncier. Le député maire de Cholet, condamné à 3 000 € d'amende avec sursis pour apologie de crimes contre l'humanité suite à ses propos sur Hitler et les Tsiganes cet été fait appel de sa condamnation. Une dizaine d'association se sont constituées parties civiles.
Gilles Bourdouleix n'était pas présent à l'audience lors de sa condamnation. Il avait commenté la décision de justice en conseil municipal , "Quand dans une procédure comme ça, vous vous retrouvez avec une amende qui est équivalente à un excès de vitesse sur une autoroute, il y a de quoi se poser des questions sur la justice."...
En juillet  2013, le maire de Cholet avait déclaré à propos des gens du voyage qu'Hitler n'en avait "peut-être pas tué assez" alors qu'il se trouvait sur un terrain agricole de la commune, illégalement occupé par une centaine de caravanes.
Gilles Bourdouleix avait dû quitter l'UDI suite à ses propos.
Un procès "politique" seion le maire de Cholet
Le divers droite Gilles Bourdouleix avant son premier procès s'était largement exprimé sur l'antenne de RTL.  "Un procureur n'est que le haut parleur du ministère de la Justice." Il est convoqué devant la justice pour : apologie de crimes contre l'humanité. Pour sa défense il avait  donné une version nouvelle des propos tenus en juillet dernier, "enregistrés dans mon dos à mon insu".

Lors de la révélation de ces propos par nos confrères du Courrier de l'Ouest, le ministre de l'intérieur Manuel Valls avait demandé l'ouverture d'une enquête. Le procureur de la République d'Angers, Yves Gambert a donc mené l'enquête et cite Gilles Bourdouleix a été condamné en janvier dernier.


Pour Gilles Bourdouleix ça ne fait pas l'ombre d'un doute : "il s'agit d'une mise en accusation politique dans un procès politique sur des faits qui sont totalement infondés puisque manipulés par la presse locale. J'avais devant moi ce jour-ci des gens du voyage qui me faisaient le salut hitlérien en criant "Heil Hitler" et j'ai fait un commentaire en exprimant le regret qu'Hitler n'ait pas entraîné avec lui suffisamment de nazis et qu'il en reste encore devant moi". Une version nouvelle et très différente de celle que l'on peut entendre sur la vidéo réalisée sur place en juillet.
Ch Turgis
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice élections municipales 2020