Notre-Dame-des-Landes : les écologistes jaugent leur puissance au sein de la gauche

Les bottes le symbole du week-end militant à Notre-Dame-des-Landes. / © S Gadet / France 3 Pays de la Loire
Les bottes le symbole du week-end militant à Notre-Dame-des-Landes. / © S Gadet / France 3 Pays de la Loire

De Cécile Duflot à José Bové, ils étaient ce week-end sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes pour une manifestation militante. Occasion d'exercer une constante pression au sein de la majorité présidentielle sur le dossier de l'aéroport.

Par Xavier Collombier

L'ancienne ministre de JM Ayrault les pieds dans la lutte

Ministre du logement du très pro-aéroport Jean-Marc Ayrault, Cécile Duflot avait toujours fait part de son désaccord quant à la construction de Notre-Dame-des-Landes. Redevenue députée, Cécile Duflot revient physiquement sur place à la ZAD (la "Zone à défendre" ou "Zone d'aménagement différée" de l'aéroport du Grand-Ouest) pour une fois de plus remettre en cause le projet : 

"Il faut qu'on sorte de la pression qu'on fait peser sur les gens qui vivent et qui travaillent ici depuis tellement d'années avec une épée de Damoclès au dessus de la tête, il faut que ça s'arrête maintenant".

Les certitudes de José Bové

Celle qui a poussé les écologistes à ne pas rejoindre le gouvernement Valls, qui pourtant était selon de nombreuses indiscrétions prêt à revoir le dossier NDDL, était accompagnée de la vielle garde du parti et de l'emblématique militant anti-Mac Do et du Larzac, le député européen José Bové.

"Il faut que l'Etat accepte, c'est l'expérience du Larzac qui me le fait dire, de confier la gestion des terres de cet ancien projet à une structure qui se mettrait en place regroupant l'ensemble des habitants et des gens concernés sur le terrain", explique José Bové qui conclut "On est à un tournant dans ce combat : on voit bien qu'aujourd'hui l'État est en train de comprendre que ce projet n'aboutira pas".

Coupure de courant des Zadistes



Lors de son intervention, sous chapiteau, des zadistes "anti système" ont coupé l'accès à l'électricité comme l'ont constaté nos confrères de Presse-Océan. Les activistes alter-mondialistes voulaient la parole et interrompaient régulièrement les orateurs aux cris de "arrêtez de travailler, la démocratie c'est de la M...". Les organisateurs ont accepté de leur donner le micro après l'intervention du député européen. Suite à cette promesse l'électricité a été rétablie sur le chapiteau.
Une preuve de plus des divisions sur place et de la tension qui règne entre zadistes et agriculteurs ou écologistes militants présents au quotidien à Notre-Dame-des-Landes.

Avec AFP 

Notre reportage

NDDL Verts et Front de Gauche

Le reportage de Sandrine Gadet et Fred Grunchec

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus