"Un référendum, pourquoi pas ?" répond Marylise Lebranchu sur la réunification bretonne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Xavier Collombier .

La ministre en charge de la mise en place de la réforme territoriale voulue par François Hollande, n'est pas hostile à l'organisation d'un référendum sur la question, en Bretagne et dans les Pays de La Loire. Elle était notre invitée dans la Voix est Libre.

Notre invitée

"Ici à Nantes, je me sens en Bretagne", la ministre de la décentralisation donne le ton sur le plateau de la Voix est libre. La finistérienne Marylise Lebranchu est en charge de la mise en place de la réforme territoriale, voulue par le président de La République. Alors est-elle en phase avec Jean-Yves Le Drian, le Ministre --breton- de la défense de Manuel Valls ? Est-elle favorable à un redécoupage des Pays de la Loire avec une fusion de la Loire-Atlantique avec les cinq départements bretons ? Pas si sûr.



Marylise Lebranchu, elle serait plutôt pour une alliance Pays de la Loire dans toute son entité avec la Bretagne. Pour elle,

La Bretagne historique est indissoluble. On va voir ce que fait le parlement.



L'histoire c'est magnifique. Mais il faut faire attention au rejet de l'autre. Il faut que l'on retrouve un peu de raison. La Bretagne historique ce n'est pas le repli sur soi".



Pour trancher la question entre fusion historique et addition des deux régions, un référendum est il envisageable ? Oui répond la ministre. Mais pour elle, il convient de l'organiser dans les deux régions, en Bretagne comme dans les Pays de La Loire, et pas seulement dans la seule Loire-Atlantique. En attendant, le projet de loi revient au parlement.



Les réactions

Sur Twitter, les réactions des partisans d'un retour à une Bretagne historique ne se sont pas faite attendre. L'idée d'un référendum sur les deux régions est clairement rejeté par ces activistes.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité