Cet article date de plus de 6 ans

Nantes : la flotille des pêcheurs pour le maintien des quotas en 2015

Quelque 300 pêcheurs, accompagnés d'une quinzaine de navires qui ont remonté la Loire jusqu'à Nantes, ont manifesté à l'occasion de la venue du Premier ministre, Manuel Valls, aux Assises de l'économie de la mer pour demander le maintien à l'identique des quotas de pêche en 2015
Peu après 10H30, les pêcheurs ont accueilli au quai de la Fosse, près du centre de Nantes, les navires qui ont accosté en faisant sonner des cornes de brume. Ils ont distribué aux passants des tracts pour les sensibiliser à leur cause et allumé des fusées de détresse.
Plusieurs navires portaient des banderoles comme "L'Europe nous tue, laissez-nous travailler" ou "Baisse des quotas, baisse du chiffre d'affaires". Les manifestants ont en outre accroché une grande banderole, proclamant "Stop à la baisse des quotas", sur le pont Anne-de-Bretagne, près duquel les bateaux de pêche se sont amarrés.


La remise à plat des quotas

"Ce qui nous importe, c'est la définition des quotas, et que ces quotas soient maintenus en 2015", a expliqué José Jouneau, le président du comité régional
des pêches.
Les pêcheurs veulent que "l'approche des quotas ne soit pas seulement halieutique et scientifique mais sociale et économique, parce qu'il n'y a pas une entreprise qui puisse définir son avenir à six, sept ou huit mois comme c'est le cas actuellement", a-t-il ajouté.
Les pêcheurs proposent que les évolutions des quotas soient étalées sur les cinq prochaines années et qu'un point d'étape pour définir cet étalement soit organisé en 2015. "Aujourd'hui, c'est une journée de sensibilisation pour (montrer) qu'il existe une pêche artisanale en Pays de la Loire, que nous faisons partie intégrante du développement de la région", a encore souligné M. Jouneau.


Des emplois et une flotille en baisse constante

Une délégation de pêcheurs devait être reçue à la  préfecture à la mi-journée par un ou une conseillère du secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Alain Vidalies.
Quatre cent-trente bateaux de pêche, contre 600 il y a dix ans et 1.500 pêcheurs dont 300 à pied, travaillent actuellement en Pays de la Loire, selon M. Jouneau.
Ils représentent 92 millions d'euros de chiffre d'affaires, basés en particulier à la Turballe, au Croisic, sur l'Ile d'Yeu ou aux Sables d'Olonne et pêchent notamment la sole, le bar, le cabillaud ou l'églefin.

avec AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie