ENTRETIEN. Hellfest From Home. Pogo Car Crash Control au rayon frais du Leclerc de Clisson

En cinq petites années et deux grands albums, les Pogo Car Crash Control ont fait une irruption remarquée et remarquable dans le rock hexagonal tendance punk métal. Après un premier passage explosif au Hellfest en 2018, ils reviennent pour la deuxième couche le 17 juin. Attention aux éclaboussures.

Pogo Car Crash Control entre yogourts et Petits suisses
Pogo Car Crash Control entre yogourts et Petits suisses © David Gallard

Qu'est-ce qui ne va pas ? s'interroge le chanteur leader du Pogo Car Crash Control dans l'un de ses derniers titres. En tout cas, pour le groupe, tout va pour le mieux, un état plus proche du contrôle que du crash, un public aux rangs de plus en plus resserrés et fidèle, une presse spécialisée conquise et au final un punk hardcore déjanté et en français qui vient de prendre un beau virage metal avec le deuxième album Tête Blême.`

En 2018, les Pogo avaient eu l'honneur de réveiller la WarZone au petit matin, ils joueront cette fois le 17 juin à 19h30 et depuis un endroit que tous les métalleux connaissent, un temple de la consommation qui n'hésite pas à se mettre chaque année aux couleurs du Hellfest : le supermarché Leclerc de Clisson.

Sont-ils en forme ? Sont-ils prêts pour ce concert sans public mais avec conserves, yogourts et paquets de nouilles ? Réponse ici et maintenant avec Olivier Pernot...

Pogo Car Crash Control - Qu'est-ce qui va pas? (clip officiel)

Comment vont les Pogo après toute cette période d'incertitude ?

Olivier. On va bien ! Écoute, chacun s'est occupé comme il a pu. Simon est devenu tatoueur par exemple. On a continué de répéter régulièrement grâce aux livestreams. J'espère que l'incertitude est derrière nous !

On vous voit de plus en plus dans les magazines, spécialisés ou non, de plus en plus dans les programmations de festivals, votre dernier album a été favorablement reçu par les médias et le public, vous êtes sélectionnés pour représenter la France dans le cadre du Liveurope... Bref, tout va bien pour le Pogo Car Crash Control ?

Olivier. En effet. C'est marrant parce qu'à l'époque de notre 1er EP et 1er album j'étais très focalisé sur l'avis de la presse. Mais avec "Tête Blême" je ne me suis pas inquiété du tout de la promo. On est arrivé à un stade où notre public commence à être solide et c'est vraiment génial. Ça a eu pour effet de solidifier le groupe.

Pogo Car Crash Control - Tête Blême (clip officiel)

Votre dernier album en date justement, Tête Blême, a pris un virage metal assez serré. Faut-il y voir une évolution naturelle pour le groupe ?

Olivier. À la base, P3C était plutôt garage, comme cela s'entend sur notre 1er EP. Avec notre 1er album, "Déprime Hostile", nous avons commencé à injecter des influences hardcore à notre musique. Cette direction s'est confirmée très clairement sur notre nouvel album "Tête Blême". C'est une évolution naturelle...

L'année suivante, Lola et moi étions bénévoles sur le camping

Vous avez joué au Hellfest en 2018 sur une WarZone chauffée à blanc même si c'était au petit matin. C'est le genre de concert qui vous marque à vie ?

Olivier. Je pense que notre passage au Hellfest en 2018 nous a permis de nous affirmer dans une scène où nous n'étions pas forcément attendus !  Et c'était génial mais on était hyper stressé quand même. Heureusement qu'il à été immortalisé en vidéo car ce concert à un peu changé nos vies. L'année suivante, Lola et moi étions bénévoles sur le camping et c'était aussi une expérience très enrichissante.

POGO CAR CRASH CONTROL - HellFest 2018 full show

Vous revenez cette année pour le Hellfest From Home et avez enregistré dans un lieu emblématique du festival. Le Leclerc du coin, bien connu des festivaliers. Vous le connaissiez vous-mêmes ? 

Olivier. Oui ! Ce lieu est clairement marrant et tout l'équipe du Leclerc porte les couleurs du Hellfest. On sent vraiment que les habitants du coin sont fiers de leur festival.

On veut boire la sueur du public

Comment avez-vous vécu cette expérience pour le moins insolite ?

Olivier. En fait, on est surtout très reconnaissant de l'ouverture d'esprit de l'équipe du Hell. Nos paroles en français et notre mélange de styles font de nous un genre d'ovni. Ils auraient pu s'en tenir à notre concert en 2018, mais non, ils ont voulu enfoncer le clou en nous faisant jouer dans un décor à notre image avec une équipe de tournage pro et des conditions optimum pour nous proposer à leur public. Ensuite, c'était assez excitant de faire la rencontre de Ben Barbaud, qui est un type hyper sympa. À la fin du tournage, on a fait une fête avec l'équipe au complet et le moins qu'on puisse dire c'est que ces gens-là sont généreux !

Les concerts en public devraient reprendre, j'imagine que vous êtes prêts...

Olivier. Carrément, on en a marre de devoir se concentrer pour bien jouer devant les caméras. On veut recommencer à jouer comme des sales punks et boire la sueur du public !

Propos recueillis par Eric Guillaud le 12 juin 2021

Plus d'infos sur le Hellfest From Home ici, sur le groupe Pogo Car Crash Control là

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hellfest événements sorties et loisirs festival concerts culture musique