Notre-Dame-des-Landes : 2e opération d'expulsion, déblaiement en cours

Les travaux de démolition dune cabane à la Chateigne à Notre-Dame-des-Landes, le 17 mai 2018 / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire
Les travaux de démolition dune cabane à la Chateigne à Notre-Dame-des-Landes, le 17 mai 2018 / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire

Une deuxième opération d'expulsion des occupants illégaux de la Zad de Notre-Dame-des-Landes a débuté au petit matin ce jeudi 17 mai. 

Par FB avec AFP

  • 6 heures du matin, début des expulsions
Cette opération vise une dizaine de "squats" installés sur la Zad.
Elle a été lancée ce jeudi matin à 6h par les forces de l'ordre : 1 800 gendarmes mobiles, appuyés par un hélicoptère.

Des tirs de grenades lacrymogènes étaient audibles près de la forêt de Rohanne où l'hélicoptère de gendarmerie survolait la zone. Plusieurs barricades ont été érigées sur la départementale 81 dont une était en feu.
NDDL, gendarmes mobiles, France 3
Le général Richard Lizurey, directeur général de la Gendarmerie nationale, présent sur place, a précisé que cette "manoeuvre" ne concerne pas "les personnes en cours de régularisation".
"La Chateigne", "Plui Plui", "la Vosgerie" et "la Lande de Rohanne", tous situés à l'ouest de la D81, sont les cibles de l'opération du jour selon le militaire.

Ce jeudi matin, Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, estime que "le processus de retour à l'état de droit se poursuit à Notre-Dame-des-Landes".
  • 7h, les gendarmes progressent en forêt de Rohanne
Les gendarmes mobiles déployés sur la Zad ont commencé leur progression par la forêt de Rohanne afin de procéder aux premières expulsions.

Sur le site de "Plui Plui", un huissier de justice établissait peu avant 7h un inventaire du lieu de vie, vidé de ses occupants, répertoriant livres, gazinière ou poêle Godin, a constaté une journaliste de l'AFP. 

A 7h30, les gendarmes se trouvaient à hauteur de la Wardine, selon l'une de nos journalistes sur place. "La Chateigne" est tombée.
  • 8h30, le terrain est "maîtrisé"
Le général Lizurey, estime que le "terrain est maîtrisé" et qu'il reste à déconstruire et déblayer.
La route D81 entre Vigneux-de-Bretagne et Notre-Dame-des-Landes est dégagée. "On va rétablir l'axe pour dégager les barricades. Boucher les tranchées pour permettre aux engins d'avancer et lorsque les engins pourront passer, ils viendront sur site pour procéder aux déconstructions"

Des barricades restent cependant en place sur les accès secondaires.
L'hélico de gendarmerie poursuit son survol de la Zad.
Le général Lizurey affirme que le terrain est "maîtrisé" / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire
Le général Lizurey affirme que le terrain est "maîtrisé" / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire
Ce jeudi matin, "les affrontements ont été relativement mineurs, il y a eu des contacts, des jets de projectile, mais on n'est pas dans des niveaux de violence que l'on a pu connaître" a ajouté le général Richard Lizurey.

Des gendarmes, équipés de cordes et de mousquetons, ont commencé à évacuer les cabanes dans les arbres.
Dans l'une d'entre elles, deux occupants sont descendus d'eux-même sans opposer de résistance aux forces de l'ordre. Quatre lieux de vie doivent être évacués dans la journée.
NDDL, déblaiement au bulldozer
  • 11h, tensions à la Wardine
Une centaine de gendarmes sont à proximité de la Wardine où des lacrymos ont été lancées par les forces de l'ordre. Face à eux, une quarantaine de zadistes.
Ce jeudi midi, les occupants de la Zad ont donné une conférence de presse à la Rolandière.
"En s'attaquant aujourd'hui à la Chat-teigne, l'Etat cherche à raser un symbole de l'histoire de la lutte. La chat-teigne c'est ce chantier collectif de 40 000 personnes, ce hameau magique sorti de terre qui a signé la défaite de l'opération César" ont-ils précisé dans un communiqué, "au-delà de la Chat-teigne, la zad est emblématique, entre autre, comme espace de réinvention d'une architecture créative et d'une réappropriation des techniques de construction."
Les zadistes appellent à un rassemblement ce jeudi soir devant la préfecture de Nantes à 18 heures.

Une première opération d'expulsions avait été lancée le 9 avril dernier sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Elle avait abouti à la destruction de 29 "squats".
Depuis, 39 projets ont été déposés en préfecture par des occupants de la Zad. 15 d'entre eux, des projets agricoles, ont été validés. Ils pourront bénéficier, après signature, de Conventions d'Occupation Précaire avec possibilité d'acquérir le foncier ou de bénéficier de baux ruraux.


A lire aussi

Sur le même sujet

ITW Henri Jauver COCETA

Les + Lus