Portrait. Criminologue et profiler, ce n’est pas du cinéma, c'est un vrai métier pour Nadège Moury

durée de la vidéo : 00h05mn30s
Portrait. Criminologue et profiler, ce n’est pas du cinéma, c'est un vrai métier pour Nadège Moury ©France3 Pays de la Loire

Fille de policier, Nadège Moury a multiplié les expériences professionnelles avant de revenir à ses premières amours : la criminologie, la science du crime, les comportements humains, l’approche globale de l’individu, qu’il soit victime ou auteur.

"Je ne suis ni psychologue ni psychiatre" prévient d’entrée Nadège Moury. Experte en criminologie et profiler, elle étudie néanmoins les comportements humains dans leur globalité. Un métier qui nécessite beaucoup d’empathie et une grande rigueur.

"Un individu n’est pas un instant T, explique Nadège. C’est toute une vie qui va de sa naissance à aujourd’hui avec un milieu culturel dans lequel il a grandi, une enfance, une éducation… Parfois, il n’y a pas de sens au mal et c’est difficile à accepter pour les victimes". Ce besoin de comprendre, de saisir la façon dont fonctionnent les gens, passionne Nadège depuis son adolescence.

Le profilage n’est pas une science magique. J’émets des hypothèses. Ça peut être utile pour faire avancer une enquête ou des procédures

Nadège Moury

Le crime pour passion

Juriste de formation, la jeune femme de 35 ans a multiplié les expériences dans le tourisme ou l’immobilier avant de revenir à son premier amour : la criminologie.

Née d’un père policier, elle se dit "chanceuse". "Mon père était extraordinaire dans sa manière de m’expliquer son métier. C’était une vocation. Il avait une vision très préventive. Il était là pour protéger les gens, pas pour les embêter".

Nadège a toujours conservé ce besoin d’aider, de comprendre et d’entrer en empathie avec ses semblables afin de mieux les cerner. 

Aujourd’hui, Nadège travaille sur plusieurs enquêtes. "J’écris sur l’affaire "Toro Bravo" menée en 1997, notamment dans la région des Pays de la Loire". Une histoire de réseaux pédocriminels et de traite humaine avec des ramifications jusqu’en Amérique latine.

"Enquête, justice, application de la justice : à chaque étape, il y a eu des manquements dans cette enquête", explique la profiler qui porte globalement un regard critique sur le système judiciaire en France.

La victime au cœur de la justice

"Le judiciaire est gagnant quand la victime a repris goût à la vie. En France aujourd’hui, nous ne sommes pas encore suffisamment précautionneux et ambitieux sur la prise en charge des victimes. Il faut passer d’une logique répressive à une logique préventive et remettre les gens au cœur du système".

"Aujourd’hui, quand vous portez plainte, vous avez plus tendance à être broyé par la justice, et à être déçu, notamment pour les crimes sexuels. Si vous portez plainte trop tard, on vous répond que l’infraction est insuffisamment caractérisée. Je ne pense pas que l’on puisse dire à quelqu’un qui a souffert, qu’il a insuffisamment souffert. Ça fait des années que l’on aurait pu améliorer ça mille fois et qu’on ne le fait pas par manque de volonté politique" regrette la criminologue.

Nadège Moury sera présente au Tedx de La Baule le 6 avril prochain (il reste des places). La profiler donnera une conférence sur le thème "Crimes et traumatismes, une vie après". D’autres orateurs seront présents, comme l’astronaute Jean-Loup Chrétien, l’humoriste Lucie Carbone ou encore le magicien globe-trotter Jonathan Barragan.

► Retrouvez tous les témoignages Vous Êtes Formidables sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur france.tv