Covid-19 : des indicateurs plutôt rassurants en Pays de la Loire

La situation semble s'améliorer en Pays de la Loire mais les prochaines semaines seront déterminantes.

516 tests ont été faits lors de la campagne de dépistage à Chalonnes, révélant 5 cas positifs.
516 tests ont été faits lors de la campagne de dépistage à Chalonnes, révélant 5 cas positifs. © France Télévisions Fred Grunchec

"On est dans une situation d'entre-deux, constate le directeur général de l'ARS Pays de la Loire, Jean-Jacques Coiplet, même si beaucoup d'indicateurs nous disent que ça tourne à notre avantage."

Toutefois, le patron de l'Agence Régionale de Santé s'empresse de préciser qu'il faut rester vigilant quant à la question des variants qui sont en augmentation dans la région. Il reste encore de nombreux clusters dans des établissements de santé type EHPAD. 16% des Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes en Pays de la Loire sont touchés par au moins un cas de Covid-19.

"Nos efforts payent et il ne faut pas les relâcher", continue de souligner Jean-Jacques Coiplet.

 

Moins de cas en milieu scolaire

Concernant les établissements scolaires, de la maternelle au lycée, le nombre de cas positifs est en légère baisse. A ce jour, selon les chiffres communiqués par le Rectorat de Nantes, il y a 519 cas d'élèves positifs et 59 pour les personnels de l'Education Nationale.

Cependant, le nombre de classes fermées augmente car les règles sont plus strictes qu'avant. Si un seul cas est détecté dans une classe maternelle, tous les élèves, puisque ne portant pas de masque, sont considérés comme cas contact. Dans les collèges et lycées, on décide de la fermeture à partir de 3 cas de V1 (variant dit anglais) ou à partir de seulement 1 cas de V2 (variant sud-africain).

En Loire-Atlantique, 13 classes sont fermées et 2 écoles (Camille Claudel et George Sand) dans le nord de Nantes. Dans ce quartier, une campagne de dépistage est d'ailleurs organisée vendredi 19 et samedi 20 février, salle municipale de La Mano, de 10h à 18h, sans rendez-vous. Pour plus d’informations : Allonantes, 02 40 41 90 00. Une autre campagne concernera les quartiers est de la ville en fin de semaine prochaine.

En Maine-et-Loire, 3 établissements scolaires sont fermés dont deux écoles et le lycée Notre Dame à Nyoiseau.

En Sarthe, on totalise 8 classes fermées et 6 en Mayenne ainsi qu'une école.

Nombres de cas positifs dans les établissements scolaires :

 

Le couvre-feu porte ses fruits

Selon le Dr Pierre Blaise, directeur scientifique ARS Pays de la Loire, "nous sommes dans un semi-confinement et le couvre-feu a produit des effets lorsqu'il est passé de 20h à 18h." Mais Pierre Blaise constate que le nombre d'hospitalisations reste élevé, sans pour autant que les services de réanimation ne saturent. Les variants peuvent toutefois inverser la tendance très rapidement. Ils sont particulièrement présents dans la région en Loire-Atlantique et Maine-et-Loire.

"On va commencer à voir l'impact de la vaccination, dit-il. On commence à avoir un nombre significatif de vaccinations dans les EHPAD. Les semaines qui viennent vont être très déterminantes."

A ce jour, 200 000 personnes, si on cumule les premières et deuxièmes injections, ont été vaccinées en Pays de la Loire. Avec 76,6% de première injection, l'objectif que s'était fixé l'ARS dans les EHPAD a été tenu (41,7% de deuxième injection).

 

Un service infirmier à domicile

A noter que depuis le 22 janvier, la CPAM des Pays de la Loire propose un service infirmier gratuit à domicile pour les personnes ayant été testées positives afin de les rassurer, de proposer un test à l'ensemble de la famille, et de leur rappeler les gestes barrières. Un accompagnement sous forme de portage de repas ou de garde d'enfant est également proposé.

 

Moins de cas de grippe saisonnière

Effet bénéfique également des règles sanitaires : le nombre de cas de grippe saisonnière ou de gasto-entérite est en chute par rapport aux années précédentes. Seul le virus de la rhinopharyngite semble se moquer des précautions actuelles.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société