Incendies : après une semaine de feux de forêt, les pompiers de Loire-Atlantique de retour du sud de la France

Ils sont partis le 31 juillet, 26 pompiers de Loire-Atlantique sont allés prêter main forte à leurs collègues du sud de la France. De retour jeudi soir à Nantes, ils racontent comment ils ont vécu cette semaine de solidarité humaine et de lutte contre les feux de forêts. 
Les pompiers ont alterné phases de repos et de surveillance toute la nuit près de Montirat dans l'Aude.
Les pompiers ont alterné phases de repos et de surveillance toute la nuit près de Montirat dans l'Aude. © SDIS 44
Clément Bréchet a 22 ans. Pompier volontaire depuis juillet 2016 au centre de secours d'Ancenis, il vient de vivre sa première "colonne". Pendant une semaine, il est parti avec 65 autres pompiers de Loire-Atlantique, de la Manche, d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan dans le Sud. "C'était une très belle expérience, raconte-t-il. On est 24 heures sur 24 ensemble. On dort ensemble, on mange ensemble donc on doit avoir une bonne entente, c'est ce qui fait qu'on est efficace".

Arrivés à Narbonne le samedi, les pompiers sont mobilisés dès le lundi sur un feu naissant à Montirat, feu qui menace la montagne d'Alaric, au coeur du massif des Corbières. Au total, l'intervention regroupe 200 pompiers, 35 engins et 7 Canadairs. En quelques heures, le feu est fixé mais il y a beaucoup de vent et donc d'importants risques de reprise. Les pompiers restent en surveillance toute la nuit. Grâce à cette action, seuls une dizaine d'hectares ont brûlé.

Je suis rentré avec des étoiles dans les yeux. Je me suis engagé pour lutter contre les feux de forêts donc je suis très fier d'avoir vécu ça. Ne serait-ce que le ballet aérien des Canadairs, et les compétences des pilotes, j’avais l’impression de voir un spectacle !

Clément Bréchet, pompier volontaire

Pendant une semaine, les pompiers ont passé 24 heures sur 24 les uns avec les autres.
Pendant une semaine, les pompiers ont passé 24 heures sur 24 les uns avec les autres. © SDIS 44
"Partir en colonne, ce n'est pas rien, poursuit le Lieutenant-colonel Philippe Varlet, chef du groupement opération au SDIS 44 et responsable de la colonne dans l'Aude. On n'est pas dans des conditions normales de travail. Le repos est très haché, c'est très intense. Ça ne plaît pas à tout le monde." Mais pour ce pompier expérimenté, ce dispositif permet d'apprendre beaucoup de choses en peu de temps. "D'un point de vue opérationnel, détaille-t-il, c'est une expérience indéniable. En Loire-Atlantique, on est plutôt sur des feux de récolte, mais compte tenu des risques en général, s’entraîner à la lutte contre les feux de végétation ça fait partie du travail. Là on ne connaissait pas le terrain, il a fallu conduire sur des rochers, travailler sur des cartes avec de nouveaux réseaux radio ...ça forge une expérience réelle." 
 Après l'intervention de Montirat, les pompiers de Loire-Atlantique ont effectué des surveillances pour éviter les départs de feux de forêts. Jeudi, les conditions climatiques se sont améliorées, ils ont été désengagés et ont pris un bus pour rentrer à Nantes. Pour l'instant, ils ont laissé huit camions à Narbonne. En cas de besoin, ils pourront donc redescendre rapidement dans le Sud. Leurs camions, eux, resteront là-bas au plus tard jusqu'à mi-septembre. 

"L'intérêt, c'est également de montrer qu'il y a de la solidarité entre les pompiers, conclut le lieutenant-colonel Philippe Varlet. Quand on a eu l'Erika, on était bien contents d'avoir du soutien."
 
Au total, 200 hommes, 35 engins et 7 Canadairs ont été mobilisés à Montirat.
Au total, 200 hommes, 35 engins et 7 Canadairs ont été mobilisés à Montirat. © SDIS 44


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie feux de forêt faits divers pompiers témoignage société