Nantes : ils créent les “Mini Mondes”, des jouets en plastique recyclé, made in France

© Les minis mondes
© Les minis mondes

Le jouet génère chaque année, en France, 75 000 tonnes de déchets difficilement recyclables. Trois nantais ont, donc, décidé de bousculer les habitudes et de créer des jouets en plastique recyclé. Une initiative écolo responsable et dans l'air du temps.   

Par Evelyne Jousset

Cela fait longtemps que 80% des jouets sont en plastique, issu de la pétrochimie et « made in China ». Et cela fait longtemps que les parents s'inquiètent de la masse et du gâchis que cela représente. Ce sont donc de jeunes parents, qui ont entre 26 et 36 ans, « Digital Natives » comme ils se présentent eux mêmes, qui se sont lancés dans cette aventure. 

"C'est un processus en plusieurs étapes. Nous on partait de zéro. Il a fallu dessiner les premiers personnages. Moi je suis intervenu plus sur l'aspect jouet, jeu, comment on s'en sert. Où est-ce qu'on trouve du fun aussi et comment un enfant peut se marrer avec. Après on est rapidement passé en prototype, en volume, en 3D pour faire tester. On ne pouvait pas se permettre de faire un produit qui ne soit pas un minimum rigolo. C'est un processus d'allers-retours et de tests pour s'assurer que ça fonctionne", explique Nicolas Bulteau, designer.

Créer à partir de plastique recyclé

Pour créer leurs jouets Quentin Ory et Marine Bocabeille s'approvisionnent dans un laboratoire de Poitiers qui transforme des pots de yaourt et des déchets de bois, en plastique. 

Le jeu est tout simple et donne le goût du voyage. Dans le coffret déstiné aux 3-6 ans, une réplique d'un van de surfeurs et quatres figurines emboitables. De quoi s'inventer de jolies histoires autour de la planète.

" Toutes la partie conception et imagination se fait à Nantes, la fabrication et la tampographie à Poitiers. On a travaillé avec des partenaires dans écosystème très local. On a commencé avec un coffret de départ avec un van, et les petits personnages du livre. Le but c'est de faire voyager cette famille. Tous les deux mois on va proposer de nouvelles destinations. En février Bali, après l'Islande et après on demandera aux parents et aux enfants les voyages qu'ils ont envie de faire", explique Quentin Ory, co-créateur des Mini-Mondes.

On veut rapidement devenir une marque pour enfants, avec du jouet mais aussi de la musique, des livres, des cahiers d'activité avec une notion éducative. Le but pour Bali, par exemple, ça va être d'apprendre sur le pays, sur la culture locale. S'est vraiment cette dimension entre le fun, le ludique et l'éducatif 'on a envie de transmettre- Quentin Ory, co créateur des Mini-Mondes.



Epaulés par l'illustrateur Antoine Corbineau, une gamme se met en forme rapidement sous le crayon de Nicolas Boulteau. Des jouets en plastique recyclé, fabriqués à Fouesnant, pour des enfants à partir de 3 ans. En plastique et pas en bois pour une utilisation souple et sans dangers. Des jouets qui vont stimuler la motricité et le déplacement, l’imagination, le langage, la socialisation, le goût du jeu. 

Une stratégie 100% online

Pour mettre en place un jouet responsable à un prix de vente accessible, les créateurs ont fait le choix de supprimer la marge du distributeur et de vendre en ligne. En un mois, Les Mini mondes a généré  plus de 1000 ventes et un chiffre d'affaire de 35000€. L'objectif  est de vendre 4000 jouets d’ici la fin de l’année et de réaliser 1,5M€ en 2020. 
Les "Minis-Monde", des jouets 100% made in France, fabriqués en plastique recyclé. / © Elodie Soulard- France Télévisions
Les "Minis-Monde", des jouets 100% made in France, fabriqués en plastique recyclé. / © Elodie Soulard- France Télévisions
 

Zéro déchet et responsabilisation 

Les jouets qui auront vécu leur vie, seront compostés. Ceux qui pourront encore faire rêver les enfants seront recyclés, grâce à l'association Rejoué , premier acteur du recyclage de jouets et partenaire de Mini Mondes. Pour expliquer leur démarche en amont, les créateurs ont organisé une première collecte de jouets chez les particuliers. Une collecte fructueuse puisque 112 kilos de jouets ont été récoltés en une journée et donnés à l’association nantaise Bidules Chouettes, totalement remis à neuf. 

"On s'est rendu compte qu'il y avait un vrai paradoxe dans l'utilisation de la matière dans l'industrie du jouet. Le plastique est très maniable, très léger pour les enfants. Le jouet en bois est plus sollicité par les parents parce que plus responsable. Du coup, nous on a fait le pari du bioplastique, issu ausside plastiques d'origine végétale. A la base se sont des pots de yahourts et des pots de salades dont on se sert pour faire nos jouets", explique Marine Bocabeille.
 

Il y avait deux constats avec Quentin on s'est dit que d'abord, l'industrie était hyper polluante. 75 000 tonnes de déchets en France chaque année. Et puis on trouvait aussi que tout ce qui était stéréotypé, genré, on en avait un peu fait le tour. Les pompiers, les policiers, les princesses, on voulait proposer quelquechose de différent, d'inspirant et qui soit plus relié à nos problématiques actuelles, l'écologie et l'ouverture au monde-Marine Bocabeille, co-créatrice des Mini-Mondes



Fini les paquets cadeaux en papier qui traînent et encombrent l'espace comme la planète. Les jouets sont vendus dans une pochette en coton biologique qui permet de les emmener partout avec soi. Sur chaque pack de Noël vendu, 30 centimes sous reversés à l’association  - Vacances et familles. A partir de  90€ récoltés, c’est un enfant qui part en vacances. Les jeunes entrepreneurs ont installé leurs bureaux à la Cantine Numérique. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus