Nantes : mouvement de grève dans les finances publiques

Conditions de travail, restructuration, pouvoir d'achat, les syndicats des Finances Publiques appelaient à une journée de grève ce lundi 10 mai. 

De moins en moins d'accueil physique pour le public, les syndicats dénoncent le démantèlement de l'administration des Finances Publiques.
De moins en moins d'accueil physique pour le public, les syndicats dénoncent le démantèlement de l'administration des Finances Publiques. © France Télévisions Olivier Quentin

L'intersyndicale des Finances Publiques avait appelé à une journée de mobilisation nationale ce lundi 10 mai, alors que les déclarations de revenus sont à renvoyer.

Il s'agissait de dénoncer la restructuration en cours dans ce service qui, selon les syndicats, "détruit plus encore les repères des agents et des usagers."

A Nantes, les syndicats et des personnels grévistes s'étaient installés devant l'entrée de la cité administrative Cambronne pour expliquer leur mouvement au public qui était invité à donner son point de vue et son expérience face à un service qui se "dépersonnalise".

Le recours au télétravail pendant la crise sanitaire a accéléré la e-administration, réduisant encore l'accueil physique.

"Bercy à pris de l'avance sur le démantèlement de l'administration" selon Frédéric Barrois, secrétaire adjoint Solidaires Finances Publiques 44. On combat cette digitalisation à outrance."

Les syndicats veulent défendre un service de proximité et dénoncent les réductions d'effectifs et les fermetures de trésorerie. Quant au public, il se retrouve trop souvent face à l'impossibilité de trouver des réponses claires à ses demandes de renseignement, dirigés de plus en plus vers des sites internet dont il ne maîtrise pas forcément le fonctionnement.

Dans cette administration, comme dans d'autres, l'accueil physique laisse de plus en plus place à des répondeurs ou des logiciels "intelligents" qui ne donnent pas toujours satisfaction.

Cette journée d'action devrait être suivie d'assises départementales organisées par l'intersyndicale en juin prochain lors desquelles le public, les syndicats, les élus et, pourquoi pas, la direction des Finances Publiques seront invités à s'exprimer sur la question de l'évolution du service public.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social