Nantes : La nuit blanche des chercheurs a pour thème “Preuves en images”

Microscope électronique à transmission le "Nant’Themis" de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN) à Nantes. / © Boris Vioche
Microscope électronique à transmission le "Nant’Themis" de l’Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN) à Nantes. / © Boris Vioche

L’Université de Nantes et Stereolux s’associent pour vous proposer de passer la soirée de 18 h à minuit, ce jeudi 06 février, autour d’images, pour la quatrième édition de "la nuit blanche des chercheurs".
 

Par Jean-Marc Lalier

La quatrième édition de la nuit blanche des chercheurs commence ce jeudi 06 février, à Stereolux de 18 h et jusqu’à minuit. Le thème de cette année est : "Preuves en images".

Un événement gratuit, au croisement de l’art et de la recherche qui vous propose autour de ce thème : des ateliers, des conférences, des performances, et même un DJ set.

Pour répondre à ces questions : devez-vous montrer pour prouver ? Illustrer pour raconter ? Quelles influences jouent les images sur vos interprétations ? Et ces images, sont-elles un point de départ ou une finalité ? Peut-on prouver sans illustrer ? Jusqu’à démontrer l’invisible ? Les scientifiques seront là pour vous aider !

C’est aussi l’occasion de découvrir les capacités exceptionnelles d’un microscope électronique à transmission, cet appareil fonctionne depuis un an à l’Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN) de Nantes.

Il permet aux chercheurs de travailler sur des images à l’échelle atomique. 

"À titre de comparaison, sa puissance est telle qu’elle permettrait d’analyser de quoi est faite une balle de tennis sur la Lune… depuis la Terre !" S’enthousiasme Philippe Moreau, le responsable scientifique du projet. "C’est une véritable avancée technologique dans le monde de la microscopie, qui nous ouvre de nouvelles perspectives de connaissances et d’innovations."

Ce super microscope porte le nom de « Nant’Themis ». Cet investissement de 3,5 millions d'euros a été financé par l'Europe et le plan État-Région, il permet ainsi aux équipes nantaises de se positionner au niveau mondial.

Le reportage de notre rédaction :
 
Nantes : le microscope électronique à transmission, (IMN) de Nantes




 

Sur le même sujet

Les + Lus