Nantes : une plainte collective après la chute de 14 personnes dans la Loire et la disparition de Steve Caniço

Les associations ont accroché aux grilles de la préfecture de Loire-Atlantique une banderole à la mémoire de Steve disparu lors de la fête de la musique / © France Télévisions Vincent Calcagni
Les associations ont accroché aux grilles de la préfecture de Loire-Atlantique une banderole à la mémoire de Steve disparu lors de la fête de la musique / © France Télévisions Vincent Calcagni

Une plainte collective a été déposée au tribunal de Nantes, pour mise en danger de la vie d'autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique. Le 22 juin, à fin de la fête de la musique, 14 personnes étaient tombées dans la Loire lors d'une opération de police. 

Par Olivier Quentin

Ils sont 85 qui étaient présents dans la nuit du 21 au 22 juin dernier sur le quai Wilson à Nantes à l'occasion de la fête de la musique.

Ils ont assisté à l'opération de police qui a provoqué un mouvement de foule lors duquel 14 personnes sont tombées dans la Loire.
Deux associations organisatrices de concerts de musiques électroniques ont annoncé ce mercredi 3 juillet par la voix de leur avocate que ce collectif souhaiter déposer plainte pour "pour mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique".

Suite à ces faits, un appel à témoin avait été lancé sur la page Facebook de l’association Freeform auquel avaient répondu environ 150 personnes. Plus de la moitié ont donc décidé de porter plainte. Deux des plaignants font partie de ceux qui étaient tombés à l'eau.

Ce mercredi, avait lieu une réunion en préfecture pour évoquer les suites de cette affaire. 

"Pour la préfecture, explique Victor Lacroix Président de l’association Media’son, l’intervention des forces de l’ordre n’avait pas pour but de couper la musique mais de faire cesser les jets de projectiles (...) Ça vient en contradiction avec les témoignages que nous avons eus".

"La plus grosse surprise de cette réunion
a-t-il ajouté c’est que la préfecture n’était pas au courant que depuis 20 ans il y avait une scène à cet endroit. Pour eux, ça ne rentre pas dans le cadre de la fête de la musique. C’est totalement hypocrite, c’est une façon de se protéger assez maladroitement."

Marianne Rostan, avocate des associations Freeform et Media'Son enfonce le clou, "Il n’y eu aucune sommation, sur les 140 témoignages tout le monde est clair. La quasi totalité des participants n’avait pas conscience de la présence des forces de l’ordre."

Le jeune Steve Maia Caniço, 24 ans, dont on pense qu'il est lui ausi tombé à l'eau cette nuit-là, n'a toujours pas donné signe de vie. Les recherches se poursuivent.

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus