• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Saint-Père-en-Retz : une vague de contestation contre un projet de Surf park au milieu des champs

Manif anti Surf Park à Saint-Père-en-Retz le dimanche 24 février 2019 / © France 3 Pays de la Loire
Manif anti Surf Park à Saint-Père-en-Retz le dimanche 24 février 2019 / © France 3 Pays de la Loire

Y aura-t-il un Surf park sur la commune de Saint-Père-en-Retz à 10 kilomètres des plages de Saint-Brévin-les-Pins ? Près de 500 personnes se sont rassemblées ce dimanche pour dire non à ce projet.

Par Christophe Amouriaux

Le Surf park en projet sur la commune de Saint-Père-en-Retz devrait couvrir 8 hectares de terres agricoles.

Avec son bassin de 200 mètres de long sur 75 mètres de large annoncé comme éco-responsable, il serait situé à 10 kilomètres des plages de l'océan. L'Atlantic Surf Park comprendrait un complexe de loisirs avec camping, hôtel et restaurant.

Pour le maire de Saint-Père-en-Retzce projet est un atout pour l'économie et l'emploi. A la clé, la création de 15 emplois et 40 postes de saisonniers.

"Ce n'est pas une décision à contre-courant. Ça va dans le prolongement d'une dynamique de territoire", nous avait expliqué Jean-Pierre Audelin, le maire de Saint-Père-en-Retz, en décembre dernier.
Manif anti Surf Park à Saint-Père-en-Retz, le 24 février 2019 / © France 3 Pays de la Loire
Manif anti Surf Park à Saint-Père-en-Retz, le 24 février 2019 / © France 3 Pays de la Loire
"Ces terres là il a fallu des milliers d'années pour qu'elles soient présentes, qu'elles soient cultivées", explique Yohan Morice, membre du collectif Terres Communes, "en un coup de pelleteuse, ils vont tout détruire. Ce sera fini, on ne pourra plus récupérer cette terre là".

Si la future structure a été intégrée au nouveau plan local d'urbanisme lors d'un vote du conseil communautaire local, en revanche, le permis de construire n'est pas encore signé, d'où la mobilisation de près de 500 opposants ce dimanche 24 février.

"Faire une vague de surf artificielle alors qu'on est à 10 kilomètres de la mer c'est juste une ineptie", s'insurge une manifestante.

Une enquête publique a été lancée. En tout, une vingtaine d'hectares de terres agricoles sont concernées par ce projet de Surf park.


 

Sur le même sujet

Nantes : le samedi 6 avril 2019, la vidéo de manifestants pris au piège d'une "nasse" fait polémique

Les + Lus