Vaccin contre le Covid-19 : la Commission européenne menace de rompre son contrat avec le laboratoire nantais Valneva

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lucie Riviere

Bruxelles menace de rompre son contrat de fourniture de vaccins contre le Covid-19, établi avec le laboratoire Valneva, basé à Saint-Herblain. Son action chute de 20%.

Le vaccin nantais contre le Covid-19 mis sur la sellette en Union Européenne. Le laboratoire franco-autrichien Valneva, basé à Saint-Herblain, indique ce lundi 16 mai avoir "reçu de la Commission européenne un avis d’intention de résiliation de l’accord de fourniture de son candidat vaccin inactivé à virus entier contre la COVID-19, VLA2001". Le vaccin n'a en effet pas reçu l'autorisation sur le marché de l'Agence Européenne des Médicaments avant le 1er mai, échéance fixée dans le contrat. 

Cela signifie que Bruxelles pourrait mettre fin au contrat de distribution des vaccins dans l'Union européenne signé en novembre 2021, qui prévoyait de fournir un maximum de 60 millions de doses sur deux ans à l'Union européenne

Ces vaccins ont la particularité d'être inactivés, c'est-à-dire qu'ils ne contiennent pas d’agents infectieux vivants. "La décision de la Commission européenne est regrettable, et ce d'autant plus que nous continuons à recevoir des messages d'Européens qui recherchent une solution vaccinale plus traditionnelle", souligne Thomas Lingelbach, directeur Général de Valneva. 

Cet avertissement de Bruxelles affole les actionnaires : le titre de l'entreprise a chuté de 20 % en bourse ce jeudi 16 mai. 

Le vaccin déjà autorisé dans trois pays

Selon les informations transmises par le laboratoire, Valneva dispose de 30 jours à compter du 13 mai 2022 "pour obtenir une autorisation de mise sur le marché ou pour proposer un plan permettant de remédier à la situation de façon acceptable". Le nouveau comité des médicaments à usage humain se tiendra dans les prochains jours. Le suivant se déroulera après l'échéance fixée, au cours de la troisième semaine de juin. 

Alors que le vaccin peine à obtenir l'accord de l'agence européenne du médicament, le vaccin a été déjà approuvé au Royaume-Uni, il est aussi autorisé pour une utilisation d'urgence par Bahreïn, et les Émirats arabes unis, comme annoncé ce lundi 16 mai.