• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Lycéennes en fugue : la piste de Notre Dame des Landes

Camille (à gauche) et Geneviève (à droite)
Camille (à gauche) et Geneviève (à droite)

Les enquêteurs étudient la piste d'une fugue de Camille et Geneviève "pour rejoindre la région nantaise et participer au mouvement contre la construction de l'aéroport".

Par Fabienne Béranger avec AFP

Camille et Geneviève, les deux lycéennes du Puy-en-Velay (Haute-Loire) en fugue depuis le 4 décembre, seraient liées à la mouvance anarchiste, a indiqué Jacques Louvier, procureur du Puy-en-Velay vendredi.

Le parquet et le commissariat du Puy-en-Velay (Haute-Loire) ont saisi la SRPJ de Clermont-Ferrand de l'enquête sur la disparition des deux mineures, à la suite de la diffusion de leurs photos dans la presse, a également annoncé le procureur vendredi dans un communiqué. Dans son communiqué, le tribunal de grande instance explique, également vendredi, que "la piste de la fugue pour rejoindre la région nantaise et ainsi participer au mouvement contre la construction de l'aéroport de Notre-Dames-des-Landes, est toujours privilégiée".

"On sait qu'elles sont liées à cette mouvance anarchiste et qu'elles souhaitaient lutter contre la création de l'aéroport", a expliqué le procureur lors d'un entretien téléphonique, ajoutant que "ce milieu ne va pas aider naturellement la police et la gendarmerie dans leur enquête".
Le procureur a également estimé que cette hypothèse expliquerait l'absence de nouvelles des jeunes filles depuis trois semaines, "car il est très difficile, dans le climat actuel à Notre-Dames-des-Landes, de poser des barrages routiers ou de mener des contrôles d'identité".

Interrogée par l'AFP le 25 décembre, Sylvie Euvrard, la mère de Geneviève, 16 ans, avait quant à elle estimé que "cette piste n'est plus d'actualité". Elle avait expliqué s'être rendue sur place, en vain: "Nous avons parlé avec les manifestants de Notre-Dame-des-Landes et ils ont bien compris notre détresse, s'ils les avaient vues, ils nous auraient prévenus, c'est certain".
Depuis la diffusion des photos dans la presse, le commissariat du Puy-en-Velay a reçu "énormément d'appels" témoignant de gens qui auraient aperçu les deux jeunes filles à Toulouse et Nantes, a-t-on appris auprès de la police.

Nos confrères de France 3 Auvergne ont rencontré les parents de Camille et Geneviève.

A lire aussi

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus