Notre-Dame-des-Landes: “urgent de faire baisser le niveau de tension” selon Edouard Philippe

Pour Edouard Philippe, le Premier ministre, il est “urgent de faire baisser le niveau de tension” / © JOEL SAGET / AFP
Pour Edouard Philippe, le Premier ministre, il est “urgent de faire baisser le niveau de tension” / © JOEL SAGET / AFP

"Il est urgent de faire baisser le niveau de tension" sur le dossier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes," a jugé le Premier ministre Edouard Philippe dans un entretien à paraitre dimanche dans le Journal du Dimanche, souhaitant que "toutes les options soient sur la table".

Par Cathy Dogon

"Il est urgent de baisser le niveau de tension sur ce dossier. La médiation va nous y aider. Elle durera six mois", a confirmé le Premier ministre, comme l'avait annoncé le président de la République Emmanuel Macron.

"Nicolas Hulot (le nouveau ministre de la Transition écologique, ndlr) et moi souhaitons vraiment que toutes les options soient sur la table. Puis viendra le temps de la décision et de sa mise en oeuvre", a ajouté Edouard Philippe.

Jeudi, le Premier ministre avait déjà promis que la décision serait "claire" et "assumée" sur ce dossier.


Nicolas Hulot, qui a aussi la main sur les transports, est lui clairement opposé au projet d'aéroport. Il a estimé jeudi qu'il existait "d'autres alternatives" et que "la médiation qui va démarrer probablement en fera la démonstration".

Pendant sa campagne, le candidat Macron avait souhaité "une dernière fois, regarder les choses" en termes "économiques, environnementaux, d'empreinte carbone, de capacité à développer" et avait dit vouloir nommer un médiateur et se donner six mois avant de décider. Il s'était alors montré ouvert à la modernisation de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique et avait lâché: "aujourd'hui, on ne lancerait pas un projet du type de Notre-Dame-des-Landes".

Mais il avait toutefois refusé "d'écarter" le résultat de la consultation publique de juin, qui a débouché sur un avis favorable au projet mais dont le périmètre (la Loire-Atlantique) a été contesté par les opposants.

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

ITW Roch Brancour, vice-président de la région, en charge des transports

Près de chez vous

Les + Lus