• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

La Nuit de l'Erdre 2018 : L'interview exclusive de The Hives par Gaume

D’un côté, le rockeur nantais Roman Gaume, de l’autre les Suédois de The Hives, une interview comme vous n’en verrez nulle part ailleurs. Une exclu France 3 Pays de la Loire...

Par Eric Guillaud

On les a travaillé au corps pendant des jours pour obtenir une interview et puis c’est en discutant avec l'artiste nantais Roman Gaume qui a ouvert cette 20e édition de La Nuit de l’Erdre vendredi que nous avons eu comme une révélation. Roman Gaume est un fan absolu de The Hives, c’était donc lui qui devait la faire cette fameuse interview. Et il l’a faite ! La preuve en exclu ici et maintenant... (pour les non-anglophones, la traduction est retranscrite après la vidéo)
itw the hives

Roman Gaume.  C'est un grand plaisir de vous interviewer. Alors, première question... Après 25 ans de rock and roll, comment gardez vous cette folie en vous et comment pouvez vous toujours vous entendre ?

Nicholaus Arson. Ça commence bien. C'est bon, en fait, c'est pas comme si ça faisait 25 ans, c'est comme si ça faisait 5 ans...tout va très vite, vous savez.

Howlin' Pelle Almqvist. J'ai le sentiment que tout se déroule très bien... Les 20 premières années étaient vraiment très faciles et maintenant...

Roman Gaume. Les 5 dernières années sont plus compliquées? 

Nicholaus Arson. Oui maintenant c'est plus compliqué je pense... mais ça reste le meilleur job au monde, un hobby bien payé.

Roman Gaume. Pensiez-vous à vos débuts que le groupe aurait un tel succès ?

Nicholaus Arson. Ah Non, je ne pense pas que l'on savait....On pensait sûrement qu'on serait un groupe populaire peut être 5 ans...

Roman Gaume. Vous entretenez un lien étroit avec votre public. C'est ça aussi l'esprit rock ?

Howlin' Pelle Almqvist. C'est quelque chose à faire, il y a tellement de place, j’adore aller toucher les gens et voir comment ils réagissent. 

Nicholaus Arson. On a grandi avec le punk rock et c’est comme ça que ça se passe, si la connivence entre le groupe et le public se passe alors c’était un bon concert.

Howlin' Pelle Almqvist. Il faut un grand grand câble...

Roman Gaume. Et quelqu’un pour le tenir aussi ?

Howlin' Pelle Almqvist. C’est mieux.

Roman Gaume. C'est la seconde fois que vous jouez ici. Préférez vous les gros festivals comme celui-ci ou de plus petites dates où vous pouvez jouer votre show intégralement ?

Nicholaus Arson. J'aime vraiment les deux, on s'est fait connaître dans un festival suédois vous savez, j'aime les petits concerts, vous êtes très près des gens, vous avez une bonne atmosphère. Mais je pense qu'on a eu des shows surprenants dans les festivals aussi.

Howlin' Pelle Almqvist. Moi, ce que j'aime c'est jouer de la musique, j'aime jouer sur les petites scènes et les grandes scènes, j'adore faire ça c'est tout..

Roman Gaume. Et le public français ?

Nicholaus Arson. Ils me semblent très « français » (rire), baguette, vin, fromage… peut-être plus de fumeurs ici non?

Howlin' Pelle Almqvist. Ouais...  plus de tabac !!

Nicholaus Arson. Le rock n' roll est une chose universelle vous savez... où que vous alliez, le public rock n roll est un peu le même. Le public français est super.

Howlin' Pelle Almqvist. Oui, il est super, il aime prendre du plaisir avec quelqu'un qui lui procure du plaisir.

Roman Gaume. Vous avez joué de nouvelles chansons au Download Festival. Est-ce les prémices d'un nouvel album ?

Howlin' Pelle Almqvist. Nous avons beaucoup de chansons et nous avons un petit problème pour décider lesquelles sont les bonnes mais OUI, on on est en train de travailler sur un album. Mais on prend notre temps, on a réussi jusqu’à maintenant à écarter tous les mauvais albums donc on ne veut pas sortir un mauvais album maintenant, ça doit être encore mieux. Donc, ça prend du temps !
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

floralies

Les + Lus