Déconfinement à Saint-Nazaire : le chasseur de mines Cassiopée en escale technique confinée

Le chasseur de mines tripartite Cassiopée est amarré dans le bassin du port de Saint-Nazaire pour une escale technique. Il est en cours de mission au large de la côte jusque début juin. Escale technique confinée sans visite à bord pour le public, pour raisons sanitaires.

Le Chasseur de Mines Tripartite Cassiopée en escale technique confinée à Saint-Nazaire, le 25 mai 2020.
Le Chasseur de Mines Tripartite Cassiopée en escale technique confinée à Saint-Nazaire, le 25 mai 2020. © France Televisions C.François
Le bateau gris M642 de la Marine Nationale a fait une entrée discrète dans le port de Saint-Nazaire. Plus connu sous le nom de Cassiopée, le Chasseur de Mines Tripartite s'est amarré quai du Commerce, tout près de la base des sous-marins.

D'habitude, l'escale d'un bateau gris à cet endroit du port concerne la participation du navire et de son équipage à une cérémonie de mémoire telle que l'Opération Chariot, le Lancastria ou l'évasion du Jean Bart.

Cette fois-ci, il n'en est rien. Le Cassiopée fait une simple escale technique destinée à se réapprovisionner en carburant, vivres et eau potable.
 

Pourquoi Saint-Nazaire ?

Le M642 est actuellement en campagne de chasse aux mines au large de Saint-Nazaire. En 2019, cette même mission l'avait emmené en Manche, dans les secteurs du Havre et d'Antifer.

Le but de ces missions est de chasser et détecter les mines pouvant se trouver dans les chenaux portuaires et ainsi présenter des risques à la marine de commerce, dont les tirants d'eau sont parfois importants.

Mais les bateaux de pêche sont également concernés puisque leurs engins, notamment les chaluts et les casiers, sont amenés à fréquenter voire ratisser le fond de la mer.

Ces bateaux et leurs équipages sont donc directement exposés aux risques générés par ces mines.
Le Cassiopée amarré quai du Commerce dans le bassin du port de Saint-Nazaire, le 25 mai 2020
Le Cassiopée amarré quai du Commerce dans le bassin du port de Saint-Nazaire, le 25 mai 2020 © France Televisions C.François
 

Des mines de guerre, en pleine paix ?

À parler de mines et de danger on pourrait se croire en pleine guerre alors que nous venons à peine de célébrer la paix installée depuis 75 ans en Europe.

Mais la guerre, si elle s'arrête du jour au lendemain, laisse des traces durant des années et même des décennies. Dans les esprits, mais aussi dans le sol, le sous-sol et dans la mer. Les eaux territoriales françaises recellent de très nombreuses épaves et munitions parmi lesquelles les mines représentent un danger grave et réel.

Ainsi, dans le secteur de Saint-Nazaire, il n'est pas rare qu'une bombe soit sortie de terre par un engin de travaux publics ( c'est arrivé très récemment sur la future plateforme portuaire pour les éoliennes en mer) ou qu'une mine remonte dans le chalut d'un bateau de pêche.

Le travail de ces chasseurs de mines est donc, comme leur nom l'indique, de détecter ces munitions de la dernière guerre, voire de la première guerre mondiale, et de les neutraliser, d'une façon ou d'une autre. La France dispose de marins et de navires dédiés à cette tâche pour protéger les usagers de la mer.

Il arrive même que ce savoir faire soit sollicité à l'étranger pour nettoyer des zones polluées par des armes lors de conflits plus récents que celui de 39/45.
En haut de la passerelle, un homme en arme monte la garde. Pas de visite à bord, cette fois-ci, Covid19 oblige.
En haut de la passerelle, un homme en arme monte la garde. Pas de visite à bord, cette fois-ci, Covid19 oblige. © France Televisions C.François


Pas de visite à bord

Pour cause de coronavirus, aucune visite à bord n'est autorisée. Il n'y a pas non plus de permissionnaires ou de relève d'équipage lors de cette escale nazairienne. Le bateau est gardé par un homme en arme en haut de la passerelle et le Cassiopée appareillera bientôt pour poursuivre et achever sa mission qui doit prendre fin au début du mois de juin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
défense société sécurité mer nature déconfinement coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter