Grandes marées. La vigilance niveau jaune inondation est activée de Saint-Nazaire à Mauves-sur-Loire

Les grandes marées de ce week-end vont influer sur le niveau de la Loire. La vigilance passe donc au niveau jaune, une situation courante en cette saison. Des débordements sont probables aux heures de marées hautes.

Qui dit grandes marées, dit forts coefficients : leur pic sera atteint lundi 10 mars et mardi 11 mars avec respectivement 114 et 116. Mais dès ce week-end, leur influence sera sensible.

Les prévisionnistes de la DREAL, la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du logement, surveillent de près l'impact de ces grandes marées sur les niveaux des cours d'eau et notamment celui de la Loire.

La vigilance crue passe au niveau jaune dès ce vendredi 8 mars à partir de 16 heures et devrait rester à ce stade durant plusieurs jours. 

"Les forts coefficients attendus lundi et mardi sont associés à des surcotes maritimes en raison du vent et des dépressions. Ces surcotes élèvent le niveau de la mer", explique Yoann Terliska, adjoint au chef de division hydrologie, hydrométrie et prévision des crues à la DREAL des Pays de la Loire. 

Le débit de la Loire influe aussi sur le risque de crues. "Mesuré à Montjean-sur-Loire, il est actuellement aux alentours de 2 100 m³/seconde, en raison du passage de la tempête Louis qui a bien arrosé les basses Vallées-Angevines et tous les affluents de la Loire, l’Oudon, la Mayenne, et même la Sarthe et le Loir, ainsi que l'Huisne," précise Yoann Terliska.

Comme élément de comparaison, le débit moyen pour un mois de mars est de 1 360 m³ par seconde, au vu des relevés effectués depuis 1862.

Les coefficients, plus les surcotes, plus un débit de Loire qui est significatif, ça va entraîner des débordements sur le tronçon de la Loire Estuaire, entre Saint-Nazaire et Mauves-sur-Loire.

Yoann Terliska

Adjoint au chef de division hydrologie, hydrométrie et prévision des crues

Un réseau de surveillance sur toute la région

Les services de l'État ne prévoient pas de phénomène plus important ces prochains jours. "Contrairement à un cours d'eau qui va être en crue, lié à des pluies intenses, là, on aura des débordements uniquement au pic de pleine mer."

178 stations hydrométriques sont réparties sur le territoire des Pays de la Loire afin de mesurer et prévoir la hauteur des cours d'eau. Elles sont positionnées sur la Loire, de Saumur à Saint-Nazaire et sur ses affluents, rive droite et rive gauche, sur l'Oudon, la Mayenne, la Sarthe, le Loir et la Sèvre Nantaise.

"Elles permettent de comprendre et de connaître l’hydrologie du territoire. 35 stations de vigilance servent à assurer la vigilance crue et produire des prévisions à 24 heures", précise Yoann Terliska. 

L'ensemble de ces informations sont publiées sur le site Vigicrues. Pour exemple, à 16h40, ce vendredi, le niveau de la Loire relevé au pont Anne de Bretagne affichait 6,67 m. Selon les prévisions, le fleuve atteindra 7,32m ce samedi 9 mars à 6h20. Un chiffre que l'on peut comparer aux crues historiques, 8,60m en janvier 1982 ou encore 7,88m en février 2010.

Les crues majeures de la Loire remontent 1856, 1866 et surtout à 1910, une crue historique qui entraine la rupture de la levée du chemin de fer à Varades, dans le pays d'Ancenis. 

Retour en images sur les crues du XXe siècle, reportage d'Evelyne Jousset.

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité