Par précaution et face à l’urgence, en Vendée et en Loire -Atlantique, les communes du littoral se préparent aux très grandes marées des prochains jours. Les coefficients oscilleront entre 110 et 117 entre ce dimanche 10 mars et mercredi 13. Les dernières tempêtes ont fait d’importants dégâts sur le trait de côte. Chacun retient son souffle.

Une double rangée d’énormes sacs de sable a été déposée au pied de la dune qui protège le quartier de la Grière à la Tranche sur mer. Ces sacs complètent les pieux en bois et l’enrochement. "On a paré au plus pressé. L’objectif de ces travaux d’urgence, c’est de casser la vague pour qu’elle n’arrive pas trop fort sur la dune. On sait que l’eau va passer par-dessus les pieux, c’est évident, mais on essaie de limiter les dégâts. Il faut éviter que la dune s’effondre " résume Jannick Rabillé, le président du syndicat mixte du Lay.

On a paré au plus pressé. L’objectif de ces travaux d’urgence, c’est de casser la vague pour qu’elle n’arrive pas trop fort sur la dune.

Jannick Rabillé, président du syndicat mixte du bassin du Lay

Pour les riverains, ces quelques jours de grandes marées leur donnent des sueurs froides." Tout va dépendre de l’orientation des vents et de la houle. La Tranche-sur-Mer est impactée par des vents de sud-ouest. Pour l’heure, on est vigilants. On a une chambre à 3 mètres de la dune. On constatera au petit matin les dégâts " relativise Georges de Rosenbo. Des pelleteuses seront prêtes à intervenir en urgence pour déposer des sacs de sable, s’il y a besoin dans des brêches. C’était le cas lors des dernières tempêtes.

Plus au nord, sur l’île de Noirmoutier, les pelleteuses sont aussi entrées en action, ces derniers jours. Là aussi, les assauts de la mer et les dernières tempêtes ont laissé des stigmates. Pour panser les blessures, de gros sacs de sable ont été déposés sur la dune de la plage de Mardi-Gras. Le trait de côte a reculé ici de plus de 5 mètres en 7 ans, selon certains propriétaires. Des habitations sont menacées. Alors, une petite dune a été aménagée devant une maison. Le sable a été remonté par des tractopelles. Plus tard, des travaux d’enrochement devraient avoir lieu, mais pas avant le mois de juin. Ces travaux d'urgence rassurent les riverains mais "qu'est-il prévu sur le long terme" s'interroge l'un d'entre eux. "Depuis mon installation, il y a une dizaine d'années, ici, rien n'a été fait et la dune disparait petit à petit". 

Au-dessus d’un coefficient de 110, on sait que toutes façons, les quais du Croisic seront inondés

Alain Bourdic, adjoint aux finances et au développement économique.

En Loire-Atlantique, on est aussi sur le pied de guerre. " Au-dessus d’un coefficient de 110, on sait que de toute façon, les quais du Croisic seront inondés " prévient Alain Bourdic, adjoint aux finances et au développement économique de la ville. Donc, pour se protéger, la commune a distribué 200 sacs de sable aux riverains et aux commerçants pour se protéger de la montée des eaux. "La population a une prise de conscience du risque. Donc, elle sait quand il faut, par exemple, installer son batardeau". Des parkings et des rues seront aussi fermés pour des raisons de sécurité pendant les hauts coefficients.

De la Vendée à la Loire-Atlantique, tout le monde est en alerte. Les coefficients de marée atteindront les 117 mardi matin, au maximum. À cette heure, pas de coup de vent annoncé. Les regards sont tournés vers le large. C’est la houle qui pourrait grignoter encore un peu les côtes.

Le reportage de Quentin Carudel et Damien Raveleau