Grippe aviaire: un cas suspect sur une oie sauvage à Pornichet ( Loire-Atlantique)

La Ville de Saint-Nazaire annonce la découverte d'une oie bernache sauvage fortement suspecté d'être porteur du virus de la grippe aviaire et trouvée sur la plage de Pornichet. Un recensement de ce type d'animaux est en cours dans le secteur, les propriétaires d'oiseaux sont invités à la prudence.
© Aurelien Morissard MaxPPP
Première conséquence de cette "très forte suspicion d'un cas d’Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP) H5N8" pour les humains : les communes de La Baule, Pornichet et Saint-Nazaire sont invitées par le Préfet à recenser les propriétaires d'oiseaux domestiques de basse-cour (tels les poules, les oies) et faire visiter les exploitations par un vétérinaire.

Les cas nécessaires et les ressources à mettre en œuvre sont précisées par arrêté préfectoral consultable ici.
 
Pas de déplacement et une mise à l'abri recommandée

D'autre part, comme le virus de la grippe aviaire possède un caractère hautement contagieux notamment pour les volailles, des mesures très strictes sont à appliquer par les personnes possédant des volailles ou autres oiseaux captifs.

La première d’entre elles est de les enfermer et d'éviter tout déplacement pour éviter tout contact avec la faune sauvage.

Les règles de prévention à respecter sont ici dans le détail.

Prudence si vous trouvez un cadavre de volatile

Il est en suite demandé aux propriétaires de basse-cours du secteur concerné de se déclarer auprés des services compétents de la Préfecture, soit par par un formulaire de service public à la commune concernée, soit directement par ce site internet.

Enfin chaque citoyen est appelé à la vigilance en cas de découverte d'un cadavre d'oiseau sauvage dont la mort semble suspecte ou est inconnue.

Il convient de signaler tout cas suspect à l'Office Français de la Biodiversité.

Soit par courriel à l'adresse suivante: sd44@ofb.gouv.fr

Soit directement par téléphone au 02 51 25 07 87.

Aucun cas de transmission à l'homme

Il est rappelé qu'il ne faut en aucun cas toucher au cadavre de l'animal pour éviter tout risque de diffusion de virus à d'autres animaux en cas de contamination.

Enfin on rappelle qu'à ce jour il n'y a aucun risque connu de transmission à l'homme du virus de la grippe aviaire.


















 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société agriculture économie grippe aviaire