La commune de Saint-Brévin-les-Pins théâtre de plusieurs manifestations ce samedi pour ou contre le transfert du centre d'accueil pour demandeurs d'asile

Publié le

Installé depuis plusieurs années dans un ancien centre de vacances, le centre d'accueil pour demandeurs d'asile de Saint-Brévin-les-Pins doit déménager. Le projet, soutenu par la mairie et le Département de Loire-Atlantique, soulève diverses réactions. Plusieurs manifestations avaient lieu ce samedi.

En octobre 2016 déjà, des critiques virulentes s'étaient élevées contre le transfert de 70 migrants venant de ce qu'on appelait la "jungle" de Calais vers un centre de vacances EDF, dans le quartier de l'Océan, à Saint-Brévin-les-Pins, au sud de Saint-Nazaire. 

Le maire de l'époque se plaignait d'avoir été mis devant le fait accompli de cette décision et quelques opposants refusaient qu'un centre d'accueil pour demandeurs d'asile s'installe sur cette commune balnéaire de Loire-Atlantique.

On entendait déjà à l'époque des discours extrêmes faisant craindre les pires violences avec l'arrivée de ces migrants. Mais la violence est venue des opposants.

Des coups de feu

Un soir d'octobre 20216, quatre coups de feu avaient été tirés sur le bâtiment désigné pour accueillir ces demandeurs d'asile annoncés par la Préfecture. 

Ces personnes se sont finalement installées dans l'ancien centre de vacances, dans le bourg de Saint-Brévin l'Océan, sans qu'aucun problème ne soit constaté. La commune a vite retrouvé sa sérénité habituelle.

Nouvelles tensions

En ce début d'année 2023, les mêmes discours de rejet ressortent dans la commune à l'occasion du transfert du Cada (centra d'accueil des demandeurs d'asile) vers un autre site de Saint-Brévin-les-Pins.

Alors qu'associations et mairie soutiennent ce projet de transfert, des tracts violents ont été distribués pour s'opposer à la construction de ce centre. 

Le Président du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, Michel Ménard, a dénoncé de son côté les menaces et autres actes d’intimidation.

"Une chance pour nos territoires"

"La provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard de femmes, d’hommes et d’enfants est inadmissible et n’a pas sa place dans notre démocratie. Face à ce climat nauséabond, je tiens à témoigner de l’utilité du projet de centre d’accueil des demandeurs d’asile à Saint-Brevin-les-Pins afin d’héberger et d’accompagner dignement ces personnes. Elles sont une chance pour nos territoires." déclare Michel Ménard dans un communiqué publié ce vendredi.

Il dit apporter son soutien au "rassemblement organisé samedi 25 février matin à l’appel du collectif des Brévinois attentifs et solidaires, favorable à la présence de demandeurs d’asile dans la commune."

De fait, plusieurs manifestations ont eu lieu ce samedi, pro ou anti Cada. Le centre-ville de Saint-Brévin-les-Pins était sous haute surveillance.

Dans la matinée, selon l'Agence France Presse qui cite des chiffres fournis par la gendarmerie, 900 personnes, à l'appel de diverses associations, partis politiques ou syndicats se sont rassemblées. On pouvait lire des banderoles "Pour les libertés et contre les idées d'extrême droite".

Puis une manifestation des opposants

250 personnes étaient ensuite restées dans le centre-ville alors que, dans l'après-midi, 280 opposants au Cada s'étaient données rendez-vous devant la mairie. Ils s'inquiètent de voir un centre d'accueil de demandeurs d'asile s'installer près d'une école.

"La France aux Français", pouvait-on lire sur des drapeaux du parti "Reconquête!" d'Eric Zemmour.

"Notre démarche n'est pas du tout raciste, mais vise au contraire à montrer, aussi bien aux Français qu'aux migrants, que l'immigration est néfaste pour eux, comme pour nous", a expliqué à l'AFP Alain Escada, président de l'organisation catholique traditionaliste Caritas.

Des heurts près de la Mairie

En début d'après-midi, selon des témoins, des heurts ont eu lieu près de la mairie, les gendarmes ont fait usage de grenades lacrymogènes pour éviter que pro et anti Cada ne s'affrontent.

Des manifestations avaient déjà eu lieu en décembre 2022.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité