Vendée Globe : en Loire-Atlantique, avec quelques-uns des plus de 700 000 inscrits à la course Virtual Regatta

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elodie Soulard

Les 33 skippers du Vendée Globe sont partis des Sables-d’Olonne dimanche dernier. Et  700 000 skippers virtuels ont aussi pris le large le même jour depuis leur salon. Rencontre avec les passionnés de la Sant Nazer Team. 

Ce petit bureau, c’est le PC course de Patrick, un habitant de Casson, en Loire Atlantique. Depuis le départ du Vendée Globe, ce marin d’eau douce, passe beaucoup, beaucoup de temps devant son ordinateur à diriger son bateau.
Ce retraité du secteur de la télécommunication participe pour la 3ème fois cette année à cette course en ligne. C'est  aussi sa  40ème course avec Virtual Regatta.  Mais il a décidé de jouer en équipe, cette fois-ci. C’est une nouveauté de la course virtuelle. La Sant Nazer Team  a été créée avant l’été.

Finir dans le Top 10 mondial

C’est Michel, qui habite à Cordemais à trente kilomètres de là, qui a fait le recrutement des skippers virtuels. " J’ai cherché  les joueurs les plus assidus et les mieux classés dans les environs de Saint-Nazaire. Je les ai contactés. On a discuté, et s’est rencontré autour d’un  barbecue, et voilà l’équipe est née ", explique Michel. Ils sont 43 joueurs dans la Sant Nazer Team. " Le but est de motiver tout le monde, pour ne pas lâcher l’affaire et finir ce tour du monde  en équipe dans le top 10 mondial, et individuellement dans les 5000 ."

Visioconférences plusieurs fois par jour pour les choix stratégiques de trajectoire

Plusieurs fois par jour, la Team fait des visioconférences pour parler de routage, de stratégie pour choisir la bonne trajectoire en fonction de la météo. Et depuis le départ, les perturbations leur donnent des sueurs froides. Dans leur salon, les joueurs rencontrent les mêmes difficultés que les vrais skippers mais sans les embruns et les paquets de mer. Tous doivent être sur le pont en permanence. 
" ça  nous arrive de nous lever à 1h, à 2h, à 3h , à 4h car il y a un changement de cap à faire .On n’a pas tous les kilos des voiles à matosser , on le fait avec la souris c’est plus simple. Mais si on rate un empannage, ça pourrait compromettre la suite de la course. D’où la vigilance de tous les instants ", raconte Patrick.

Passion et addiction 

Ancien chef d’atelier dans la mécanique, Michel est un passionné de courses automobiles. Il a une écurie avec son fils, pilote de courses sur terre. Mais il est aussi fou furieux de Virtual Regatta. 14 ans qu’il y joue ici dans son sous-sol au milieu des pièces de voiture et autres trophées gagnés aux courses. Son ordinateur est là, sur une table. " C’est mon domaine ! Ma femme n’a pas le droit de venir ici », s’amuse le retraité, un mégot à la bouche. «  Cette course, c’est ma passion. Je suis pris dedans. Je suis comme un joueur de Playstation, qui ne parvient pas à s’en passer. C’est une addiction aux jeux" , admet  Michel.

L’immersion en 3D est plus forte. On a vraiment les sensations d’être embarqué à bord d’un Imoca et de vraiment  faire le Vendée Globe "

Philippe Guigné, Fondateur de Virtual Regatta


La concurrence est rude comme dans la vraie course ! Ils  sont plus de 700 000 inscrits. Le double par rapport au dernier Vendée Globe.  Au fil des éditions, le jeu vidéo devient plus réaliste.  " Cette année, on a amélioré  les outils pour aider les joueurs. L’immersion en 3D est plus forte. On a vraiment les sensations d’être embarqué à bord d’un Imoca et de vraiment faire le Vendée Globe ", se félicite Philippe Guigné, le fondateur de Virtual Regatta.

Les trois derniers vainqueurs du Vendée Globe à cette course en ligne

La force de jeu. Sa simplicité ."  Tout le monde peut y jouer. Même sans avoir fait de bateau . C’est du E-sport ", martelle  Philippe Guigné.
La course est gratuite mais les joueurs peuvent choisir de prendre des options payantes.  La Sant Nazer Team a pris le pack à 30 euros, avec toutes les options. " On règle les voiles le soir avant d’aller au lit. Et s’il y a un problème on est alerté par un message. On dort un peu plus ", s’amuse Michel.
 D’ailleurs la moitié des inscrits n’a jamais navigué sur un bateau pour de vrai
Mais de grands navigateurs participent aussi  à cette course en ligne : Armel Le Cléach, François Gabard et Vincent Riou, et Loick Peyron.
La Sant Nazer team espère boucler son tour du monde à la voile entre 70 et 75 jours….