Confinement : à Angers, le Théâtre du Champ de Bataille se bat pour garder le spectacle vivant

Le Théâtre du Champ de Bataille situé à Angers est fermé au public mais on ne confine pas la création : le theâtre accueille la compagnie angevine Plateau K qui répète sa dernière création. La piéce "Les Nécessaires" sera captée en vidéo pour faire vivre le spectacle auprès des programmateurs.

La pièce "Les Nécessaires" de la compagnie Plateau K en répétition au TCB à Angers
La pièce "Les Nécessaires" de la compagnie Plateau K en répétition au TCB à Angers © Olivia Huet, compagnie Plateau K
Les représentations de la pièce "Les Nécessaires", la nouvelle création de la compagnie angevine Plateau K, étaient prévues les 3, 4 et 5 décembre prochains.

Le directeur du TCB, comme on appelle par son acronyme Le Théâtre du Champ de Bataille, ne croit guère à la réouverture au premier décembre.

"Nous espérons ouvrir le plus tôt possible.. en 2021" concède Florent Goulette directeur du théâtre.
 

Une jauge réduite d'un tiers

"Au mois d'octobre on a joué 4 spectacles ce qui signifie 20 représentations" explique Florent Goulette. Toutes complètes.

Le tout avec des jauges réduites d'un tiers pour respecter les mesures sanitaires et notamment les sièges à laisser vide entre groupes de spectateurs.

De son aveu, son théâtre, d'une capacité d'une centaine de places, "est un lieu fragile, avec un équilibre financier toujours précaire". 

Mais il ajoute de suite que les mesures comme l'activité partielle et le soutien des institutions font, qu'en tant que structure, il ne sent pas en danger immédiat.
l'aventure du Théâtre du Champ de Bataille sous cette forme démarre en 1996 à Angers
l'aventure du Théâtre du Champ de Bataille sous cette forme démarre en 1996 à Angers © Florent Goulette / TCB
"Ce sont vraiment pour les artistes et les techniciens, les prestataires de service du secteur que la situation est trés compliquée" explique Florent Goulette.

D'où la remise par le directeur des clés du théâtre à la compagnie angevine Plateau K.

 

Une pièce plus que jamais nécessaire

Une seule comédienne en scène, dans la lumière, et les autres personnages dans la pénombre représentés par des voix offs.

"C'est sûr c'est un spectacle plutôt "covid-compatible"" dans sa forme, plaisante la metteuse en scène Garance Rivoal.

"On a joué une première version pour une association qui nous soutient, le 7 mars, juste avant le premier confinement" détaille t-elle "et on devait faire la vraie première le 6 mai dernier dans le cadre du festival itinérant "Villages en scènes" dans le Maine-et-Loire".

Garance Rivoal est également l'auteure du texte qui raconte l'histoire d'une travailleuse sociale chargée de l'évaluation des mineurs migrants isolés.

Elle se retrouve confrontée au fur et à mesure de la pièce à ses convictions profondes et ce qu'elle est amenée à faire dans son travail.

En pleine répétition avec la comédienne Alice May, qui interprète Diane le personnage principal, la metteuse en scène loue la mise à disponibilité de l'espace de répétition du Théâtre du Champ de Bataille.

"C'est super d'avoir les clés du lieu, ça nous permet de venir répéter quand on veut" et de continuer aussi le travail d'écriture de la pièce qui est en perpétuelle évolution.

Les deux semaines de répétition prévues initialement se transforment donc en un bon mois de temps de travail.

Celà permet aussi de garder la vitalité de la création artistique intacte.

"Notre pièce parle de plein de sujets qui sont reliés au monde d'aujourd'hui. Pour nous, ça a du sens de continuer à créer et de raconter ces histoires là aujourd'hui

 

S'adapter, oui, renier l'essence du théâtre en public, non

"La difficulté", ajoute la metteuse en scène "c'est qu'on ne sait pas quand les salles vont rouvrir".

D'où la proposition originale du directeur du TCB pour compenser les trois représentations annulées les 3, 4 et 5 décembre prochains.

"Dans un premier temps, j'ai proposé à la compagnie une captation professionnelle du spectacle", détaille Florent Goulette."Prendre une équipe de tournage pour faire un rendu de qualité professionnelle qui puisse leur permettre ensuite de montrer le spectacle aux programmateurs pour la saison prochaine".

"Je leur ai aussi proposé que cette captation soit l'occasion d'une représentation live retransmise sur internet pour avoir un petit peu de public". 

La compagnie réfléchit, et en discussion avec la salle, décide de ne pas faire de représentation sans public en chair et en os pour ce projet.

"Ça aurait été un spectacle déjà joué pourquoi pas", explique Garance Rivoal, "là, j'ai envie que les gens le découvrent en vrai comme il a été pensé"

L'auteure et metteuse en scène évoque "le côté à la fois documentaire et très travaillé, très réaliste et en même temps très irréalisé puisque tous les personnages ne sont pas présents sur scène".

Garance Rivoal conclut : " Je ne pense pas qu'on puisse ressentir l'atmosphère de la pièce de la même manière en captation qu'en vrai".
"Les Nécessaires" écrit et mis en scène par Garance Rivoal et interprêté par Alice May
"Les Nécessaires" écrit et mis en scène par Garance Rivoal et interprêté par Alice May © Josic Jagu

C'est aussi très compliqué, même pour un professionnel de l'image, de bien filmer du théâtre, de rendre compte des intentions du metteur en scène

Garance Rivoal

Une captation de la pièce ""Les nécessaires" sera tout de même réalisée le samedi 3 décembre au Théâtre du Champ de Bataille à Angers.

Elle sera ensuite mise à disposition des programmateurs de théâtre de la région.

"Voilà un exemple d'adaptation" précise Garance Rivoal "parce qu'en général  les programmateurs préfèrent voir les spectacle en vrai".

"Mais on fait ça pour que le spectacle puisse avoir une vie après, car tous nos espoirs de diffusion étaient basés sur ces trois dates de début décembre".

Du fait du jeu de domino des déprogrammations à répétition,  la compagnie Plateau K espère maintenant que cette captation pourra permettre de programmer sa pièce "Les Nécessaires" pour la saison 2022/2023.






 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture théâtre spectacle vivant économie confinement santé société coronavirus/covid-19