• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Effondrement d'un balcon à Angers : 5 infos à savoir

L'immeuble dont un des balcon s'est effondré à Angers, faisant 4 morts et 14 blessés, est situé au 25 rue Maillé, dans le centre-ville d'Angers. / © Juliette Dubois / France 3 Pays de la Loire
L'immeuble dont un des balcon s'est effondré à Angers, faisant 4 morts et 14 blessés, est situé au 25 rue Maillé, dans le centre-ville d'Angers. / © Juliette Dubois / France 3 Pays de la Loire

Quatre jeunes sont morts et plus d'une dizaine d'autres ont été blessés dans la nuit, après l'effondrement d'un balcon lors d'une fête dans un immeuble récent du centre-ville d'Angers. Retrouvez ici les 5 infos à savoir sur cet accident dramatique.

Par Olivier Couvreur

Rappel des faits

Il était 23h30 environ quand le balcon d'un appartement du centre ville d'Angers s'est effondré. Un groupe de jeunes était en train de fêter une pendaison de crémaillère dans l'appartement, et plusieurs d'entre eux se trouvaient sur le balcon au moment du drame. Dans sa chute, le balcon a entraîné les balcons des deux étages inférieurs. Mais selon une source de l'enquête, personne ne se trouvait sur ces balcons inférieurs. L'essentiel du déblaiement des gravats a été effectué et les quatre corps ont été retrouvés. Aucune autre victime n'est recherchée par les secours. 

Le bilan

4 personnes ont perdu la vie dans l'effondrement du balcon, et 14 ont été blessées. Les 4 personnes décédées étaient âgées de 18 à 25 ans. Un des 14 blessés se trouvait cette nuit dans un état d'urgence absolue, mais "son pronostic vital n'est pas engagé" a indiqué le directeur de garde du CHU.
Parmi les blessés, dix ont été évacués vers le CHU (Centre hospitalier universitaire) d'Angers. Selon une porte-parole du CHU, outre ces dix blessés transportés dans ce centre hospitalier, quatre autres l'ont été à la clinique de l'Anjou. Trois des blessés admis au CHU ont déjà quitté l'hôpital, a-t-elle ajouté, précisant qu'il s'est agi dans tous les cas d'"urgences relatives".

La cause de l'accident

C'est ce que devra déterminer l'enquête, qui a commencé. "La cause de cet accident dramatique est de toute évidence accidentelle", a jugé une source proche de l'enquête. Selon les premiers éléments de l'enquête, les victimes, apparemment des étudiants, se trouvaient en un groupe compact sur le balcon, situé au troisième étage de l'immeuble et donnant sur la cour intérieure. Un de nos journalistes présent sur place nous a précisé qu'une soixantaine de jeunes étaient dans l'appartement pour cette soirée de fête qui a viré au drame. 

Sur la gauche de l'image, on peut voir les 3 balcons manquants. Celui du 3e étage s'est effondré sur ceux des étages inférieurs. / © France 3 Pays de la Loire
Sur la gauche de l'image, on peut voir les 3 balcons manquants. Celui du 3e étage s'est effondré sur ceux des étages inférieurs. / © France 3 Pays de la Loire

Sur la photo ci dessous, on peut voir que les balcons des 1er, 2e et 3e étage de cet immeuble font à peu près 3 mètres de large, sur 1,5m de profondeur, soit environ 4,5 mètres carrés. Y avait-il trop de monde sur le balcon au moment du drame ? La construction était-elle assez solide ? L'enquête le déterminera.

Le balcon qui s'est effondré faisait environ 3m de long sur 1,5m de large, soit 4,5 mètres carrés. / © France 3 Pays de la Loire
Le balcon qui s'est effondré faisait environ 3m de long sur 1,5m de large, soit 4,5 mètres carrés. / © France 3 Pays de la Loire

La situation de l'immeuble

Le drame qui a touché ces jeunes venus fêter une pendaison de crémaillère a eu lieu dans un immeuble récent, datant des années 2000, et situé dans le centre ville d'Angers, au 25 rue Maillé exactement. Il s'agit de l'immeuble "Le Surcouf". 


Un centre de soutien


D'importants moyens de sapeurs-pompiers ont été mobilisés (70 hommes) avec notamment la cellule sauvetage déblaiement de Saumur, ainsi que le SAMU. 

La Cellule d'urgence médico-psychologique (CUMP) a été déclenchée pour les victimes très choquées. La Croix Rouge est également mobilisée auprès des familles.  Un centre de soutien aux familles est organisé à l'accueil du CHU.

A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus