Jeux paralympiques : pas de médaille pour Claire Supiot, mais l'Angevine a réussi son pari

L'athlète finit à la 8e place du 100 mètres papillon, et ne décroche donc pas de médaille à Tokyo. En participant à ces jeux, Claire Supiot a tout de même réalisé un exploit unique.
Claire Supiot ne décroche pas de médaille à Tokyo 2020 mais réussit le défi qu'elle s'était lancée
Claire Supiot ne décroche pas de médaille à Tokyo 2020 mais réussit le défi qu'elle s'était lancée © Behrouz MEHRI / AFP

1 minute, 16 secondes et 67 centièmes. Un temps honorable, mais insuffisant pour monter sur le podium des jeux paralympiques. Ce jeudi 2 septembre, l'Angevine Claire Supiot arrive en 8e et dernière position lors de la finale du 100 mètres papillon en classe S9. Plus tôt dans la journée, elle s'est qualifié en 1 minute 18 secondes et 94 centièmes.

Pas de médaille dans les valises de la nageuse, mais un rêve qui se réalise à l'âge 53 ans, devenir la première athlète à participer aux deux Jeux : Olympiques et Paralympiques. 

En 1988, elle participe aux Jeux olympiques de Séoul. 21 plus tard, Claire Supiot apprend qu'elle est atteinte de la maladie de Charcot Marie-Tooth, un trouble neurologique héréditaire."Ça se traduit par une baisse musculaire et des transmissions nerveuses sur mes mollets", explique-t-elle. Mais l'athlète renoue avec les bassins et s'entraîne avec une forte détermination.

En 2018, ses efforts sont récompensés, elle remporte l'or aux championnats du monde handisport sur 50 mètres nage libre à Dublin. "Je savoure chaque moment. C'est presque une renaissance.", confie-t-elle alors, "ce n'était pas forcément gagné, à 51 ans et demi, d'avoir un corps qui réponde", sourit-elle.

Le pari est gagné à Tokyo pour Claire Supiot, mais la nageuse ne veut pas s'arrêter de rêver. Prochain objectif : les Jeux paralympiques de Paris 2024.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
natation sport jeux olympiques handicap société