DIAPORAMA. Sous les cerisiers en fleurs du parc oriental de Maulévrier

C'est une tradition au Japon, pique-niquer sous les cerisiers en fleurs pour savourer le retour du printemps. C'est le Hanami. Avant de fermer ses portes vendredi 2 avril, le parc de Maulévrier nous invitait à en faire l'expérience. Un bonheur pour les sens...

l'étang avec son pont rouge
l'étang avec son pont rouge © F3 - Eric Guillaud

Il y avait du monde ce dimanche 28 mars au parc oriental de Maulévrier. Beaucoup de monde mais un plaisir partagé par tous. Car venir ici, c'est s'assurer d'un bon bol d'air - même masqué - dans un endroit magique qui prêterait facilement à la méditation. "On sent que les gens avaient envie de sortir, de prendre l'air", nous confiait Fabrice Jeanneteau du service communication, "et c'est la première fois qu'on propose un Hanami aussi conséquent, trois semaines, quatre week-ends".

Le Hanami est la raison de cette affluence. Peut-être aussi la pandémie et les rares distractions qu'elle nous autorise ou du moins qu'elle nous autorisait encore il y a quelques jours.

Une ode à la nature

En japonais, Hanami veut dire "regarder les fleurs". Il s'agit d'une coutume traditionnelle consistant à apprécier la beauté des fleurs et notamment des fleurs de cerisiers. Lorsqu'elles sont en pleine floraison, les Japonais aiment à se retrouver entre amis ou en famille et pique-niquer sous les arbres. Depuis le 13 mars et jusq'au 2 avril, le parc de Maulévrier autorisait ces pique-niques et proposait même quelques dégustations de spécialités japonaises. Testées et approuvées !

Une des zones de pique-nique avec cerisiers... ou pas
Une des zones de pique-nique avec cerisiers... ou pas © F3 - Eric Guillaud

Il est midi. Malgré l'affluence record, chacun trouve finalement sa place sous un cerisier ou à proximité et peut enfin profiter de ces premiers vrais rayons de soleil de l'année. Un bon repas, une petite sieste, des pétales roses qui s'envolent au moindre mouvement d'air... et le moment est venu de découvrir le parc.

Trente hectares, ce qui en fait l'un des plus grands jardins japonais d'Europe, un étang, plusieurs parcours de découverte, un temple khmer provenant de l'exposition universelle de 1900, des jardins aux thématiques diverses, 300 espèces de végétaux... comptez une heure et demie à deux heures pour découvrir le parc dans sa globalité.

Des cerisiers en fleurs pour horizon
Des cerisiers en fleurs pour horizon © CZ Guillaud

Suite aux dernières mesures de restrictions annoncées par Emmanuel Macron mercredi 31 mars, le parc a fermé ses portes ce vendredi 2 avril pour une durée indéterminée promettant de nous faire vivre la deuxième floraison des cerisiers via les réseaux sociaux. De leur côté, les jardiniers vont continuer à travailler d'arrache-pied, "pas de chômage partiel pour eux, c'est la pleine période de croissance, il faut tondre la pelouse, tailler les massifs...", précise Fabrice Jeanneteau "et surtout préparer la réouverture qu'on espère vivement début mai".

l'étang du parc
l'étang du parc © Eric Guillaud

Bien évidemment, le Hanami sera terminé d'ici là mais le parc de Maulévrier est un jardin de transformation composé de plantes à floraison printanière, à floraison estivale ou prenant de belles couleurs à l’automne. Couleurs, parfums... à chaque instant, à chaque saison, le parc séduit ses visiteurs. Rendez-vous sous peu...

Notre diaporama

Le parc de Maulévrier

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardins nature environnement