Femme morte étranglée à Angers : un détenu en cavale activement recherché en Mayenne

Publié le

Un important dispositif de gendarmerie a été déployé ce mercredi à Chailland, en Mayenne, pour rechercher un détenu en cavale, suspecté d'être impliqué dans le meurtre de son ancienne compagne, jeudi 22 juin, à Angers. La piste du féminicide n'a, pour le moment, pas été retenue.

Un important dispositif de gendarmerie a été déployé ce mercredi soir, aux alentours de la commune de Chailland, en Mayenne, pour retrouver un homme suspecté d'être impliqué dans le meurtre d'une femme de 40 ans, à Angers, jeudi 22 juin.

Selon le procureur d'Angers, cette mère de famille, originaire de la Mayenne, aurait été en contact pendant deux jours avec cet homme, son ancien compagnon, qui s'est évadé du centre de détention d'Argentan, dans l'Orne, à l'issue d'une permission de sortie le 20 juin.

Pour autant, le parquet d'Angers précise qu'une enquête a été ouverte pour des faits de meurtre. "La circonstance aggravante de féminicide n'a pour l'instant pas été retenue. Le fait que cet homme ait passé deux jours avec son ancienne compagne et qu'il soit en cavale fait de lui un suspect. Mais à ce stade, rien ne permet d'affirmer qu'il serait l'auteur des faits", a précisé Eric Bouillard, le procureur d'Angers, ce vendredi après-midi.

LIRE AUSSI. Marche blanche pour Adélaïde retrouvée morte étranglée dans son appartement à Angers, "on savait qu'elle avait une vie compliquée, difficile"

Selon le magistrat, d'autres hommes sont suspectés d'être impliqués dans ce meurtre. Des anciens conjoints de la victime, qui ont été incarcérés à l'époque pour violences à l'encontre de la mère de famille. "L'enquête a permis d'établir que certains de ces hommes, qui gravitaient autour de la victime, se connaissaient. Ce sont des suspects au même titre que l'homme recherché en Mayenne".

Le parquet de Laval confirme qu'à ce jour, l'homme n'a toujours pas été retrouvé et qu'il est également poursuivi pour des faits commis en Mayenne ces dernières 48 heures, mais qui ne seraient pas de nature criminelle. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité