Joggeuse disparue en Mayenne retrouvée vivante en Sarthe : le gardé à vue hors de cause, la gendarmerie allège son dispositif

L'homme placé en garde à vue lundi soir après la disparition de la joggeuse de 17 ans en Mayenne, retrouvée vivante mardi soir, a été mis hors de cause, indique ce mercredi 10 la procureure de Laval.

"Dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'une jeune joggeuse à Saint-Brice, la mesure de garde à vue prise le lundi 8 novembre a pris fin hier mardi. Les investigations réalisées ont permis d'éclaircir les éléments ayant motivé cette mesure et d'écarter l'implication de la personne mise en cause", déclare dans un communiqué la procureure de la République de Laval, Céline Maigné.

Cet homme avait été placé en garde à vue alors qu'il était en état d'ébriété "afin de permettre d'éclaircir son emploi du temps au vu des quelques incohérences lors de ses premières déclarations", avait précisé hier mardi Mme Maigné.

Dispositif de gendarmerie allégé

De leur côté, les gendarmes ont annoncé, en fin d'après-midi, avoir levé l'important dispositif de 200 militaires mis en place dans le secteur de la disparition de la jeune fille. "Désormais, une soixantaine de gendarmes sont engagés dans les investigations" et "les unités gendarmerie locales restent, dans le cadre du service, vigilantes", ont-ils précisé.

La jeune lycéenne a été retrouvée vivante mardi soir dans un restaurant de Sablé-sur-Sarthe, à environ dix kilomètres de la zone où elle était partie faire son jogging.
Selon le maire de la ville Nicolas Leudière, elle était "extrêmement choquée". Elle a été hospitalisée.

Un travail minutieux

"Les enquêteurs poursuivent leurs investigations sur les circonstances de la disparition, aidés par les déclarations de la jeune fille. La section de recherches d'Angers et la brigade des recherches de Château-Gontier-sur-Mayenne poursuivent un travail minutieux d'auditions, réquisitions, vérifications, pour préciser le déroulement de la journée", a ajouté Mme Maigné dans un communiqué reçu en fin d'après-midi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers