Disparition d'une adolescente en Mayenne : 200 gendarmes mobilisés, un téléphone et des écouteurs ensanglantés retrouvés

L'alerte a été donnée lundi 8 novembre à 19 heures. Une jeune fille partie courir n'est pas rentrée au domicile familial à Saint-Brice dans le sud Mayenne. Un téléphone et des écouteurs maculés de sang ont été découverts. Les recherches se poursuivent pour tenter de la retrouver.

La jeune fille est partie lundi 8 novembre en fin d'après-midi pour faire un footing. Depuis elle n'a plus donné signe de vie.

Rapidement l'alerte est lancée. Une cinquantaine de gendarmes sont mobilisés depuis lundi soir 8 novembre pour tenter de retrouver la jeune fille de 17 ans, domiciliée à Saint-Brice dans le sud Mayenne. Ce matin des renforts sont arrivés sur le terrain. 200 militaires quadrillent désormais la zone de la disparition. Et l'étendue à fouiller est vaste : 140 hectares et une dizaine d'étangs.

Une équipe cynophile, des plongeurs, un hélicoptère, 200 gendarmes mobilisés

Une équipe cynophile et un hélicoptère sont notamment engagés dans les recherches après cette disparition qualifiée d'"inquiétante" par la gendarmerie.

L’enquête a été confiée dès lundi soir à la section de recherches d’Angers et à la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Château- Gontier-sur-Mayenne.

Accident, mauvaise rencontre sur la départementale qui traverse la forêt ? Rien pour l'instant ne permet de déterminer les circonstances de la disparition de l'adolescente."Les premiers éléments recueillis, qui doivent désormais être exploités, ne permettent en l’état d’écarter aucune piste.", a déclaré ce mardi matin la procureure de Laval.

Par ailleurs il est pour l'instant trop tôt pour demander l'aide de la population. "La nécessité de préserver la qualité du travail d’enquête, dans l’intérêt de la jeune fille disparue et de ses proches, me conduit à appeler les personnes souhaitant apporter leur soutien à la famille à ne pas circuler dans la zone des recherches afin de ne pas perturber les investigations", a précisé Céline Maigné, procureure de Laval.

  "Le dispositif va monter en puissance pour atteindre mardi matin 120 gendarmes", avec des renforts des départements limitrophes, notamment des gendarmes mobiles, a précisé à l'AFP la gendarmerie des Pays de la Loire.

Un téléphone et des écouteurs retrouvés avec des traces de sang

La jeune fille est partie courir vers 16 heures lundi mais n'est pas rentrée. Sa disparition a été signalée à 18h50. Parti sur les traces de l'adolescente, son père aurait découvert près de la forêt ses écouteurs portant des traces de sang mais aussi un téléphone et sa montre GPS.

La jeune fille était, comme à son habitude, partie faire un footing près de la Forêt de Bellebranche, dans le sud-est du département. Elle utilisait une application et publiait son parcours en temps réel sur les réseaux sociaux. Lundi soir, le parcours se serait arrêté net. 

En milieu de matinée le périmètre de sécurité a été étendu. Les plongeurs ont été particulièrement sollicités. Ils sondent les nombreux points d'eau de la zone.

"Ce n'est pas rassurant"

Alors que les heures passent, dans le village de 530 habitants où tout le monde se connaît, l'angoisse est de plus en forte. C'est invraisemblable ici dans un bled où il ne se passe rien ! Les gens se connaissent. On n'est pas forcément amis mais on se dit bonjour quand on se croise. Je suis stupéfait d'apprendre une nouvelle comme ça. J'espère pour les parents et surtout pour la gamine qu'il n'y ait pas de drame, mais ce n'est pas rassurant", témoigne Bernard Brault, un voisin.

Devant les grilles du lycée Raphaël Elysé à Sablé -sur-Sarthe, établissement dans lequel la jeune fille est scolarisée, l'inquiétude est là aussi palpable. Travis Trassard ne la cotoie pas beaucoup mais il la croise de temps en temps au sein de l'association sportive de l'établissement scolaire : "c'est une élève investie. L'annonce de sa disparition nous affecte beaucoup. On espère qu'elle reviendra très vite parmi nous. Elle est partie courir, elle n'est toujours pas là. On se pose mille et une questions. C'est inquiétant"

Le député mayennais Yannick Favennec a lui aussi exprimé son soutien sur twitter en fin de matinée.

"J'ai une très forte pensée pour cette jeune fille. Je pense aussi a l'angoisse de ses parents", écrit l'élu.

Un homme de 42 ans a été interpellé pour "des vérifications", mais aucun lien n'est pour l'instant établi avec la disparition de la joggeuse.

Le parquet de Laval s'exprimera à 17 heures.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société disparition