Réchauffement climatique : Les Pays de la Loire les pieds dans l'eau ?

Dans un rapport récent, les scientifiques du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat s'inquiètent des conditions climatiques prédites pour la fin du siècle. Du scénario inquiétant à la version catastrophe, quel avenir pour la région des Pays de la Loire ? 

Au mois de décembre 2019 des records de pluviométrie comme ici à Angers ont entraîné de nombreuses inondations
Au mois de décembre 2019 des records de pluviométrie comme ici à Angers ont entraîné de nombreuses inondations © Jean-Marc Lalier
La semaine dernière l’Agence Européenne de l’Environnement publiait un rapport alarmant pour les prochaines décennies. Deux scénarios s’affrontent : l’un respectant les accords de Paris, et une hausse des températures inférieure à 2 °C, l’autre simulant une hausse de plus de 4 °C.

Si les humains ne réduisent pas significativement leurs émissions, la région des Pays de la Loire sera particulièrement touchée. 

Deux scénarios : un seul constat 

L’eau monte. Un contrôle effectif de nos émissions n'y changera rien, mais la situation peut s’avérer plus ou moins grave. Pour une hausse des températures inférieure à 2° C, les Pays de la Loire verront le niveau de la mer augmenter entre 0,2 et 0,4 mètre.

Dans le second scénario, plus grave, mais tout aussi probable, l’eau risque d’atteindre un mètre à la fin du siècle. Une situation qui demanderait une révision complète de nos modes de vie.

Montée des eaux : les zones côtières premières touchées 

L'eau qui monte d’un mètre, c'est une île de Noirmoutier presque engloutie et une côte nazairienne en partie submergée. Dans cette zone, cela pourrait affecter plus de 21 000 personnes. Les zones côtières de la Baule-Escoublac et du Pouliguen connaîtront le même sort. La côte atlantique est l'une des plus à risque d'Europe. 
 
Carte des populations affectées par les inondations suivant le niveau de la mer / Zone Saint-Nazaire
Carte des populations affectées par les inondations suivant le niveau de la mer / Zone Saint-Nazaire © Agence européenne pour l'environnement
Carte des populations affectées par les inondations suivant le niveau de la mer / Zone Challans-Noirmoutier
Carte des populations affectées par les inondations suivant le niveau de la mer / Zone Challans-Noirmoutier © Agence européenne pour l'environnement
Dans son scénario le plus catastrophique, l’agence envisage une augmentation du niveau de la mer jusqu’à 6 mètres. Nantes est submergée en son coeur : la place du Commerce disparaît, et l’Île de Nantes est presque entièrement sous les eaux. Paimboeuf, Frossay, Cordemais, une partie de Saint Herblain et de Bouguenais sont noyées avant que l'eau n'arrive à la capitale ligérienne. 
 
Carte des populations affectées par les inondations suivant le niveau de la mer / Zone Nantes
Carte des populations affectées par les inondations suivant le niveau de la mer / Zone Nantes © Agence européenne pour l'environnement
 

La région inondée 

Si l'augmentation du niveau de la mer n’atteindra probablement pas 6 mètres d’ici 2070-2100, les inondations vont, en revanche, se multiplier. La métropole nantaise sera particulièrement affectée. Dans le pire des scénarios, on estime que les risques d'inondations seront multipliés par 600.

Ce chiffre tombe à 94 si on reste dans une hausse limitée à 2 °C. Des évènements encore rares, auxquels la population risque de devoir s'accoutumer. 

Au niveau européen, selon l'AEE : "le nombre annuel de personnes exposées aux inondations côtières devrait passer de 102 000 à 1,52 million et jusqu'à 3,65 millions au cours de la même période avec les structures actuelles de protection contre les inondations." 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement mer nature