Documentaire. "Le Chant des Origines", un voyage aux sources du chant Grégorien

durée de la vidéo : 00h01mn26s
Extrait du documentaire "Le Chant des Origines", un voyage aux sources du chant Grégorien ©24 Images

Au cœur de ce documentaire, une mystérieuse partition médiévale retrouvée en Islande. Sverrir Gudjohnsson, maître islandais du chant grégorien, et Philippe Lenoble, ancien chef de chœur de la cathédrale du Mans vont allier leurs connaissances pour la décrypter et permettre de révéler un chant oublié depuis des siècles.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Accompagnant la christianisation d’une Europe qui se couvre de monastères, le chant grégorien se répand tout au long du Moyen Âge. Tombé en désuétude ensuite, les moines de l’abbaye de Solesmes dans la Sarthe en auront été dès le XIXᵉ siècle les artisans de sa conservation et de sa perpétuation jusqu’à nos jours. Comme une première mondialisation culturelle, la diffusion du chant grégorien a porté la langue latine aux confins du monde connu d’alors, jusqu’en Islande. 

L'Évangile selon Saint Thorlac

C’est là qu’a été retrouvée la partition dont il est question ici, qui célèbre Thorlac, l’unique saint Islandais. Mais une partition de chant grégorien ne ressemble en rien à celles que nous connaissons aujourd’hui. À l’époque, la notation qui nous est familière n’existe pas, il faut s’en remettre aux neumes, indications carrées qui laissent une large place à l’interprétation. Il s’agit de la première tentative d’écrire la musique, qui auparavant se transmettait de façon orale et gestuelle. 

Rhapsodie pour une traduction

Sverrir Gudjohnsson, contre-ténor et membre du chœur islandais Voces Tules est un chanteur talentueux, mais incapable de lire le manuscrit qu’il a retrouvé à Reykjavik. C’est pourquoi il est venu en France chercher l’aide d’un des meilleurs spécialistes du chant grégorien, le manceau Philippe Lenoble. Ensemble, ils mèneront leurs recherches et viendront en éprouver les résultats auprès de la chorale La Schola formée par des moines de l’abbaye de Fleury dans le Loiret.

Le film de Jacques Debs et Marie Arnaud suivra pas à pas les tâtonnements et les tentatives de redonner voix à la partition, pour accompagner ensuite Sverrir Gudjohnsson de retour en Islande. Une autre plongée commence alors, historique et tellurique, aux origines de la christianisation de l’île. Images, sons et musiques imposent alors une perception différente des sources de la foi dans ce bout-du-monde. 

Une foi dans la voix

Dans une contemplation parfois hallucinée, de paysages tourmentés qu’on croirait tout droit sortis d’une légende, foi chrétienne et forces païennes à l’œuvre sous le sol volcanique semblent former un alliage qui forge une relation au divin inédite et spectaculaire.

C’est dans cette dernière partie que ce « Chant des origines » atteint son ambition formelle, se concluant comme un crescendo magistral et dépouillé par le chœur Voces Tules du chant décrypté en France, dans la modeste Cathédrale de bois Saint-Thorlac.  

 

Le Chant des Origines, le manuscrit grégorien d’Islande, un film de Jacques Debs et Marie Arnaud  - Une coproduction 24 Images / France Télévisions avec la participation de RUV Islande 

Diffusion jeudi 28 mars à 23 h 05 et rediffusions à 9 h 10 le vendredi 29 mars et le mercredi 10 avril.

► À voir en replay sur france.tv dans notre collection La France en Vrai

► Retrouvez l'ensemble de nos programmes sur france.tv