Le Mans: Stéphane Le Foll demande une primaire au PS

Critiquant l'absence de débats au sein du Parti Socialiste, le maire PS du Mans, Stéphane Le Foll, réclame l'organisation d'une primaire pour choisir le candidat à la présidentielle 2022.
Stéphane Le Foll, le 28 juin 2020, lors du second tour des municipales, au Mans
Stéphane Le Foll, le 28 juin 2020, lors du second tour des municipales, au Mans © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Invité de la chaine Public Sénat ce jeudi 8 juillet, Stéphane Le Foll a critiqué sévèrement le manque de débats au sein du parti socialiste, à un an des élections présidentielles.

"Aujourd'hui qu'est-ce qu'il y a sur la table ? Où sont les débats ? Qu'est-ce qu'on propose ? Comment on voit le monde de demain ? Quelles sont les premières grandes mesures?" qu'un président socialiste prendrait, s'interroge l'ancien ministre de l'Agriculture.

"Il faudrait au moins un débat très ouvert au sein du PS, donc une primaire pour pouvoir discuter. Il faut une méthode de désignation d’une candidature, pas simplement sur la personne mais aussi sur ce que l’on propose", souligne Stéphane Le Foll qui se dit favorable à un vote.

Il a reconnu que "bien sûr" en cas de primaire il se sentirait "légitime à participer", disant préparer un livre pour "présenter (ses) idées".

Concernant la tribune de 200 élus de gauche en faveur de la candidature d'Anne Hidalgo, qu'il n'a pas signé, il conteste la méthode, "si on s'intéresse à la présidentielle, c'est qu'on essaie de porter un débat. C'est impressionnant qu'on commence par signer un texte à la veille d'un débat."

"J'attends les propositions" d'Anne Hidalgo. La maire de Paris a promis de dévoiler ses propositions le 12 juillet prochain, lors d'un rassemblement d'élus de gauche à Villeurbanne.

Il s'est montré particulièrement critique envers l'actuel secrétaire du PS, pour lequel il a affirmé qu'il ne voterait pas lors du prochain congrès du PS, les 18 et 19 septembre à Villeurbanne.

"Olivier Faure porte une responsabilité très lourde. Il a toujours été sur une logique qui consiste à dire l’écologie ou le socialisme, c’est pareil (...) voire puisque c’est l’écologie qui est en dynamique, on peut s’effacer derrière".

"Ce parti aujourd'hui n'a plus de vitalité démocratique, et c'est la responsabilité d'Olivier Faure", a-t-il accusé

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
parti socialiste politique élection présidentielle élections