Le Mans, une des rares villes à avoir maintenu le feu d'artifice du 14 juillet

Il a été tiré des hauteurs de la ville le 13 au soir. La ville du Mans avait souhaité maintenir la tradition du feu d'artifice à l'occasion de la fête nationale, tout en l'adaptant.

Les Manceaux étaient parmi les rares à pouvoir assister à un feu d'artifice lundi soir.
Les Manceaux étaient parmi les rares à pouvoir assister à un feu d'artifice lundi soir. © France Télévisions
Fatine est venue avec sa fille Sara. A l'entrée du stade Delaune, elles se sont désinfectées les mains avec le gel mis à disposition du public et elle se sont installées sur la pelouse, à bonne distance des autres groupes.

"Les gens sont distants les uns des autres ça va, constate Fatine, l’espace est ouvert et aéré, donc il n’y a pas vraiment de crainte de transmission de la maladie."

A côté d'elle, la petite est contente de pouvoir, malgré tout, assister au traditionnel feu du 14 juillet. Elle adore, dit-elle, "les couleurs dans le ciel de la nuit."
 

"C’est un moment que les gens attendent"

Car, contrairement aux autres grandes villes, Le Mans a décidé de maintenir le feu d'artifice du 14 juillet. 

« Je suis surpris moi-même qu’il y ait aussi peu de feux d’artifice organisés, s'étonne le maire Stéphane Le Foll. Ça dépend des préfets. Ici, on travaille dans une relation de confiance avec le préfet. Cette relation a peut être aidé au fait que la préfecture accepte qu’on organise (le feu d'artifice). C’est un moment que les gens attendent. Je suis content de leur faire plaisir tout en respectant les règles."

Il a été décidé de tirer le feu depuis le site de l'université avec possibilité pour le public de venir y assister en s'installant de part et d'autre du tir, sur le stade Delaune et sur le stade des pompiers. Le masque est fortement recommandé et il y a effectivement suffisamment d'espace pour que les groupes maintiennent une bonne distance entre eux.

Claire, Clément et Estelle sont venus, bien contents que l'événement ait été maintenu. "Surtout le jour de mon anniversaire, ça aurait été dommage !" s'exclame Clément né un 13 juillet.
David Barbé gérant de la société mayennaise "Plein Ciel Pyrotechnie" peu avant le tir.
David Barbé gérant de la société mayennaise "Plein Ciel Pyrotechnie" peu avant le tir. © France Télévisions

Un qui est heureux aussi que la ville ait décidé de maintenir cette animation, c'est David Barbé, le gérant de Plein Ciel Pyrotechnie, la société d'Evron en Mayenne qui réalise le spectacle.

« C’est un symbole, dit-il c’est le seul feu qu’on va tirer les 13 et 14 juillet sur toute la région Pays de la Loire et Normandie. D’habitude, on tire 300 feux par an et le seul qu’on va tirer ce soir c’est au Mans. C’est un bien triste 14 juillet ! On est Mayennais et tout a été annulé en Mayenne, le seul feu qui nous restait c’est celui-là. La saison va reprendre j’espère au mois d’août, ça dépendra de l’évolution du covid. On a beaucoup de reports aux mois d’août, septembre et à Noël. On espère faire en fin d’année 60 % du chiffre (annuel habituel)."

Tiré à 23h, le feu d'artifice aura attiré 3700 personnes au stade Delaune et 730 sur celui des pompiers. Une dizaine de minutes de spectacle au son de Coldplay, Queen et Gossip.

voir notre reportage




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
14 juillet événements sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter