Procès Fillon : l'heure des réquisitions pour l'ancien élu de la Sarthe et son épouse

Le procès qui avait débuté le 25 février dernier devant le tribunal de Paris entre dans sa dernière ligne droite avec les réquisitions des procureurs du parquet national financier contre François et Penelope Fillon ainsi que Marc Joulaud.
Les deux procureurs du parquet national financier donneront leurs réquisitions ce mardi après-midi.
Les deux procureurs du parquet national financier donneront leurs réquisitions ce mardi après-midi. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Ce mardi après-midi, le parquet financier va donner ses conclusions après les deux semaines de procès devant le tribunal de Paris.

Accusé d'avoir offert un emploi fictif à son épouse Penelope Fillon, rétribuée pendant plusieurs années comme assistante parlementaire lorsqu'il était député de la Sarthe, François Fillon risque 10 ans d'emprisonnement, une amende et probablement également une peine d'inéligibilité.

Son épouse, Penelope, qui aurait perçu environ pour 1 million d'euros bruts au cours des différents contrats d'assistante parlementaire de François Fillon ou de son suppléant Marc Joulaud, doit s'attendre également à un réquisitoire sévère, ayant eu bien du mal tout au long du procès à justifier ses salaires.
 
Enfin Marc Joulaud, maire sortant de Sablé-sur-Sarthe et candidat à sa propre succession aura-t-il convaincu les magistrats de l'épaisseur des missions dévolues à Penelope Fillon pendant son mandat parlementaire ? Une partie des réquisitions lui sera également consacrée.

Occultée par l'actualité du coronavirus, ce procès est plus largement celui d'un usage longtemps pratiqué par les parlementaires, celui de réserver un emploi à leur conjoint ou leur enfant dans leur équipe, pratique aujourd'hui interdite depuis la loi d'août 2017 dite "loi de moralisation de la vie publique".

Mais cette loi est jugée par beaucoup insuffisante car elle n'interdit pas de faire employer son conjoint par un autre parlementaire, pratique également courante qui permet à ces élus de se rendre service entre eux.





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
françois fillon politique justice société