Sarthe : les riverains de la LGV s'en remettent au préfet

Les riverains de la LGV demandent notamment le passage des TGV de 330 km/h à 250 pour limiter les nuisances sonores / © France 3 Pays de la Loire
Les riverains de la LGV demandent notamment le passage des TGV de 330 km/h à 250 pour limiter les nuisances sonores / © France 3 Pays de la Loire

Les riverains de la ligne à grande vitesse inaugurée le 2 juillet 2017 ne supportent plus le bruit des TGV. Ils ont remis près de 700 dossiers au préfet de la Sarthe.

Par Fabienne Béranger

François Coroller habite Savigné-l'Evêque, il est riverain de la LGV.
Régulièrement, depuis le lancement la ligne grande vitesse, il grimpe sur les merlons, ces buttes sensées limiter les nuisances sonores des trains lancés à plus de 300 km/h.

"Je peux vous assurer que du sol jusqu'au haut des rails, il y a 2 mètres", constate François, membre du Collectif pour la représentation des intérêts des riverains de la LGV, "alors que normalement on devrait avoir 4 mètres, c'est ce qu'Eiffage nous avait promis. Donc aujourd'hui on veut qu'Eiffage tienne sa parole, se débrouille comme il veut, voire mette un mur ici mais que ça fasse 4 mètres de hauteur de protection pour les 35 maisons qui sont ici".

Parmi les riverains les plus impactés par la LGV, la famille Bouttier. Dès 5h30, les bruits et vibrations s'enchaînent toute la journée
Odile, assistante maternelle, ne peut plus travailler sereinement à la maison. Son mari Philippe a même bouché la cheminée, mais en vain. Dans les combles où sont installées les pièces d'accueil pour les enfants, "ça fait trop de bruit, on a 60 décibels", explique -t-il.

Aujourd'hui, les Bouttier n'ont plus qu'un espoir, se faire entendre au plus haut ! Pour cela, ils comptent sur leur députée Marietta Karamali.
"A la fois la SNCF, à la fois Eiffage doivent corriger cette ligne LGV", explique cette dernière, demandant "des mesures de protection. Au moins qu'ils mettent des moyens là où il faut aujourd'hui".

Elus et riverains en colère ont rencontré le préfet  jeudi dernier. Ils lui ont remis 686 dossiers de réclamations. De quoi peser avant leur prochaine rencontre du 8 juin avec Eiffage et la SNCF.

► Le reportage de notre rédaction
Les riverains de la LGV excédés


A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus