Vendée Globe 2020 : privé de bateau, Clément Giraud poursuit sa préparation et espère être au départ

Clément Giraud / © Hortense_Hebrard_TeamEnvol
Clément Giraud / © Hortense_Hebrard_TeamEnvol

Privé de bateau depuis novembre 2019, après son incendie au Havre, le skipper Clément Giraud prépare le Vendée Globe grâce à Erik Nigon qui lui met son monocoque à sa disposition.

Par Fabienne Even

En novembre dernier, quelques jours avant le départ de la Transat Jacques Vabre au Havre, "Fortil", l'IMOCA de Clément Giraud était victime d'un incendie. Un accident rare qui avait contraint le skipper et son coéquipier à renoncer à la course.

Un mois et demi plus tard, Fortil, le partenaire titre du navigateur toulonnais annonçait son retrait du projet Vendée Globe 2020 dans lequel il était engagé. Le bateau très endommagé était quant à lui déclaré comme épave.
Malgré ces découvenues, Clément Giraud ne renonce pas à se préparer pour le Vendée Globe. Et c'est finalement la grande famille du nautisme qui va lui permettre de poursuivre sa préparation. Erik Nigon, également inscrit pour le prochain Vendée Globe, lui propose de partager son monoque "Vers un monde sans SIDA". "On est tombé sur ce bel accord, moi à l’aller, lui au retour", confie Clément Giraud.

"L’opportunité que nous offre Erik de faire ne serait-ce qu’une course cette année, de rester dans cette catégorie de bateaux, cela permet de garder l’équilibre, de rester dans une certaine dynamique, de continuer à faire avancer le projet global, sociétal, sportif et technique", explique-t-il.
 
Clément Giraud / © Hortense_Hebrard_TeamEnvol
Clément Giraud / © Hortense_Hebrard_TeamEnvol

C'est donc avec ce bateau qu'il prendra le départ de la Transat CIC, plus connue sous le nom de "Transat anglaise", le 10 mai prochain à Brest pour rejoindre Charleston, en Caroline du Sud. Plus ancienne course au large en solitaire, la Transat CIC fête cette année ses 60 ans, et fait partie des courses qualificatives pour le Vendée Globe.

Dès le mois de mars, Clément et son équipe vont rejoindre La Rochelle et préparer l'IMOCA pour cette traversée de l'Atlantique.
"Le Vendée Globe ne s'écrit pas en un jour. Nous ne savons pas de quoi demain sera fait mais je continue ainsi à me préparer sérieusement et mon équipe met les bouchées doubles pour faire aboutir mon projet de Vendée Globe."

Mais pour participer au prochain Vendée, il doit trouver un ou plusieurs partenaires. "Il a fallu reprendre le bâton de pèlerin pour retourner aux affaires", à la recherche d'un budget de 600 000 euros, explique Clément, toujours combatif. "La vie est faite de choses incroyables, de retournements de situation. Il y a encore des cartes à jouer. Il y a plein d’histoires dans le Vendée".

Concernant le bateau, il n'est pas vraiment inquiet. Il sait qu'un ou deux IMOCA sont disponibles à la vente ou à la location.

"Si j’arrive à trouver un ou plusieurs sponsors et qu’un candidat se désiste, je pourrais demander de reconsidérer mon cas. Je ne prendrais la place de personne", confie Clément, conscient que sa participation au Vendée sera soumise à la décision des organisateurs de la course.

Erik Nigon prendra pour sa part le départ de la transat retour en solitaire New-York Vendée, dont le départ sera donné le 16 juin 2020.

La période n'est pas facile pour les "petits" candidats du Vendée Globe 2020. Cette semaine, le belge Denis Van Weynbergh a annoncé sur son page Facebook qu'il renonçait pour 2020. Il donne rendez-vous en 2024.

 

Sur le même sujet

Les + Lus