Vendée-Arctique : les skippers lancent des bouées météo à la mer

Les skippers de la Vendée Arctique ne font pas que tenter de gagner une course ou de se qualifier pour le Vendée-Globe. Ils participent aussi à des programmes de recherche notamment pour Météo France. Explication.

Maxime Sorel sur V&B Mayenne a jeté une bouée à la mer qui servira à recueilllir des données pour Météo France
Maxime Sorel sur V&B Mayenne a jeté une bouée à la mer qui servira à recueilllir des données pour Météo France © Imoca
A bord, il y a toujours quelque chose à faire, faire le point, barrer, réparer, enregistrer quelques moments de vie pour ceux qui suivent la course via le site... et participer à des programmes de recherche.

C'est ainsi que, tous les jours, Fabrice Amedeo change les filtres d'un des deux capteurs qu'il a embarqués avec lui sur son voilier Newrest-Art & Fenêtres. Le premier capteur permet de mesurer les taux de CO2, de salinité et la température à la surface de l'océan. Cet appareil-là est autonome et envoie directement les données recueillies.

L'autre nécessite en revanche une manipulation quotidienne de la part du skipper qui doit changer un filtre car l'appareil mesure la quantité de microplastiques contenus dans l'eau de mer.
Fabrice Amedeo change le filtre du capteur de microplastiques embarqué à bord de son voilier.
Fabrice Amedeo change le filtre du capteur de microplastiques embarqué à bord de son voilier. © Imoca

Le but de ce recueil de données est d'établir une cartographie de la pollution par les microplastiques à la surface de l'océan.  "L’enjeu de la pollution plastique des océans est d’une telle urgence, explique Fabrice Amedeo, que je n’ai pas hésité une seconde. Même si je dois sacrifier un peu de performance au profit de la science, ce sera du temps de gagné pour l’avenir".

D'autres skippers ont également embarqué avec eux des appareils de mesure mais pour les besoins de Météo France. Des bouées qu'ils ont jetées à la mer quand ils étaient le plus au nord, là il où il y a peu de trafic. Il était donc intéressant de profiter du passage de ces skippers pour y déposer des appareils.

A une latitude précise, Maxime Sorel, le skipper de V&B Mayenne, a jeté à la mer une bouée pour le programme E-Surfmar qui coordonne les observations européennes de la surface de la mer afin d'améliorer les prévisions météo. 
 Pour ce faire, il faut disposer de stations météo sous différentes latitudes d'où l'intérêt de cette collaboration avec les skippers de cette course qui remonte très au nord. Météo France recevra les données envoyées par ces bouées.

Elles font partie d'un réseau d'une centaine de bouées dérivantes mesurant la pression atmosphérique et la température de surface de la mer dans l’Atlantique Nord.
 

Charlie Dalin en tête

Quant à la course proprement dite, parce qu'il ne faut pas oublier que les 17 skippers encore en lice sont là avant tout pour ça.  Certains afin de se qualifier également pour le prochain Vendée Globe. Charlie Dalin était ce lundi matin toujours en tête, devant Jérémie Bayou et Thomas Ruyant.

Arrivée prévue dans la nuit du 14 au 15 juillet. Mais rappelons que seuls les trois premiers seront accueillis aux Sables d'Olonne, les autres regagneront directement leur port d'attache après le passage de la bouée d'arrivée.

voir la vidéo
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter