Remise en liberté de l'ancien entraîneur de tennis de Saint-Tropez Régis de Camaret : Délibéré au 15 février

L'ancien entraîneur de tennis Régis de Camaret, condamné en novembre dernier à huit ans de prison pour viols, a demandé sa remise en liberté sous contrôle judiciaire. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon a mis sa décision en délibéré au 15 février.

© AFP Jeff Pachoud
L'avocat général a requis son maintien en détention dans l'attente de son nouveau procès, Régis de Camaret ayant fait appel du jugement de la cour d'assises du Rhône.
Son avocat, Me Eric Dupond-Moretti, a suggéré que l'éventuel contrôle judiciaire de son client pourrait se faire sous surveillance électronique via un bracelet.
Régis de Camaret, 70 ans, présent vendredi devant la chambre de l'instruction, a fait valoir qu'il voulait s'occuper de ses enfants et petits-enfants.
Il avait été écroué à l'issue du verdict des assises, le 23 novembre.
Il avait été reconnu coupable des viols de deux anciennes pensionnaires mineures de son club de Saint-Tropez, il y a plus de 20 ans.
De leur côté, les avocats des parties civiles ont produit des pièces démontrant, selon eux, que l'entraîneur n'avait pas respecté les obligations de son premier contrôle judiciaire. "Il avait interdiction de fréquenter son club de tennis, or il a arbitré des matches" début 2009, selon Me Isabelle Colombani.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice sport tennis