"La porte reste ouverte" aux élus opposés à la métropole Aix-Marseille

Le préfet en charge du projet de métropole Aix-Marseille Provence, Laurent Théry, a affirmé vendredi que la porte resterait "ouverte" aux élus opposés au projet, notamment les représentants des intercommunalités ayant boycotté la première réunion du "conseil des élus" de la métropole.

Laurent Théry, Préfet chargé du projet de l'agglomération Marseille Provence - photo Anne-Christine Poujoulat Afp
Laurent Théry, Préfet chargé du projet de l'agglomération Marseille Provence - photo Anne-Christine Poujoulat Afp
"La porte est ouverte en permanence, elle le sera demain", a déclaré M. Théry, après que 5 intercommunalités sur 6 ont boycotté le conseil des élus lundi, seule la communauté urbaine de Marseille ayant répondu présente. "Il y a quelque-chose qui ne marche pas, on ne peut pas dire le contraire", admet-il cependant, expliquant que "ce qui fait divergence, c'est la gouvernance".
Mercredi, les maires et présidents d'intercommunalités opposés au projet de métropole ont également publié une lettre ouverte aux députés dans plusieurs quotidiens dénonçant le "triple déni de démocratie, de justice et d'égalité républicaine" que constituait le projet de métropole. Ils estiment dans cette missive qu'il créera une "une mégapole surdimensionnée, hypercentralisée, coûteuse, technocratique et finalement inefficace".


109 maires des Bouches-du-Rhône sur 119 contre la métropole

"Le projet ne change rien au rôle des communes", affirme son côté M. Théry. "Ce qui est fédéré, c'est ce qui est déjà en intercommunalité (...). Le projet de loi prévoit uniquement la fusion de la partie intercommunale de la fiscalité", ajoute-t-il. Les maires considèrent au contraire que le projet de métropole leur fera perdre le contrôle du levier fiscal et aboutira à un alourdissement des impôts locaux. Sur 119 maires dans les Bouches-du-Rhône, 109 contestent le projet de métropole, la future entité de 1,6 million d'habitants qui doit se substituer aux six intercommunalités existantes et dont la création est prévue dans le projet de loi de "modernisation de l'action publique territoriale et affirmation des métropoles" voté en première lecture par le Sénat le 6 juillet et qui doit être examiné à partir du 15 juillet par les députés.
M Théry réunissait vendredi pour la première le conseil des partenaires, qui rassemble des membres de la société civile, notamment la chambre de commerce et d'industrie, le Grand port maritime de Marseille, les syndicats ou des associations et qui doivent participation à l'élaboration du "projet métropolitain". La CGT des Bouches-du-Rhône a refusé de participer à cette réunion, "compte tenu de l'absence de lisibilité du projet et de ses conséquences pour le monde du travail". Une manifestation des opposants est également prévue à Marseille le 10 juillet.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter