Dans le Queyras, les oiseaux ne prendront plus de coup de jus

Des équipes d'ERDF (Electricté Réseau Distribution de France) viennent d'installer des protections sur 3 kms de lignes aériennes à 20 000 volts dans le Queyras. L'objectif est de diminuer le risque d'électrocution des oiseaux. Un travail réalisé avec des ornithologues.

Un vautour
Un vautour © PATRICK VALASSERIS / AFP
Eviter que les oiseaux de grande envergure, notamment les espèces protégées comme le vautour, l'aigle de Bonelli ou le hibou Grand Duc, ne s'électrocutent. C'est l'objectif de l'opération menée cette semaine par ERDF et des associations de protection des oiseaux. Un combat commun commencé dans les années 2000. Ils interviennent dans le secteur de Ristolas, sur le domaine du parc régional du Queyras

Deux équipes d’ERDF (Électricité Réseau Distribution France), dont une spécialisée dans le travail sous tension, installent des protections avifaunes sur des lignes 20 000 volts et des supports électriques. Des installations qui permettent aux volatiles de se poser et de reprendre leur envol sans risquer l’électrocution.


Les équipes d'ERDF installent des protections pour les oiseaux sur les lignes électriques
Les équipes d'ERDF installent des protections pour les oiseaux sur les lignes électriques © ERDF

Deux méthodes sont employées pour éviter le danger aux oiseaux : l'incitation ou la dissuasion.

Il faut équiper nos réseaux soit pour empêcher les oiseaux de se poser sur les lignes, soit pour poser des plateformes et permettre aux oiseaux de se poser en toute sécurité »,

poursuit Christian Pelletier, directeur ERDF explique Christian Pelletier, directeur ERDF dans les Alpes du Sud.

Ce chantier, situé sur la commune de Ristolas, consiste à «désensibiliser » 3 kilomètres des lignes ariennes 20 000 volts par la pose de protections isolantes à proximité des supports, la mise en place de tiges empêchant les oiseaux de se poser sur les supports ou les interrupteurs aériens. 30 supports et trois transformateurs électriques des ponts gainés sont installés. Un chantier de deux jours qui coûte 20 000 euros à ERDF. Chaque année, ERDF débloque 300 000 euros au niveau régional pour ce type de chantier.

Chaque année plusieurs dizaines de points sont neutralisés. Ces actions permettent de réduire le nombre d’accidents et ainsi de diminuer le taux de mortalité des oiseaux.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement